Communiqué de presse: RÉFORME ÉLECTORALE : LES ÉTUDIANT-E-S RÉCLAMENT LA POURSUITE DES TRAVAUX

QUÉBEC, le 2 juin 2019 – Les regroupements étudiants du Québec s’unissent pour réclamer que le gouvernement tienne ses engagements et qu’il réforme le mode de scrutin pour un système plus représentatif. Il s’agit là d’un enjeu fondamental de démocratie qui doit outrepasser les considérations partisanes et personnelles des député-e-s.

Dans les dernières semaines, deux nouvelles sont venues porter ombrage au projet de réforme. D’abord, l’annonce d’un délai plus long que prévu pour permettre au DGEQ de mettre en place le nouveau mode de scrutin, puis la suspension des consultations multipartites par la ministre de la Justice, supposément pour répondre aux inquiétudes de certains membres de son caucus.

Ces premiers pas dans la valse-hésitation qui a historiquement mené à l’abandon de toute réforme électorale inquiètent les étudiant-e-s du Québec, qui attendent impatiemment un mode de scrutin grâce auquel leur vote comptera réellement. Nous espérons de tout cœur que cette fois soit la bonne, mais cela nécessite des actions conséquentes. Il importe donc :

  • Que les consultations multipartites et le travail transpartisan, qui ont jusqu’à présent permis des avancées majeures du projet de réforme, reprennent ;
  • Que le DGEQ travaille en amont de l’adoption de la réforme, afin de pouvoir la mettre en application pour les élections de 2022, et que le gouvernement lui fournisse les moyens nécessaires pour que ce délai soit respecté ;
  • Que l’entente transpartisane signée le 9 mai 2018 soit respectée et qu’un projet de loi respectant les principes qui y sont énoncés soit déposé d’ici le 1er octobre 2019.

Ces demandes se résument en fait à une seule : que le travail vers un mode de scrutin plus juste et représentatif continue, que ce soit entre les partis, à l’Assemblée nationale ou au bureau du DGEQ. Nous sommes confiant-e-s que la volonté à la fois populaire et politique nous permet présentement d’effectuer ce changement crucial pour l’avenir de notre démocratie, mais il faut pour cela que cette volonté se concrétise en actions.

SENSÉ – Solution Étudiante Nationale pour un Scrutin Équitable

Cosignataires :

UEQ – Union Étudiante du Québec

FECQ – Fédération Étudiante Collégiale du Québec

FAECUM – Fédération des Associations Étudiantes du Campus de l’Université de Montréal

CADEUL – Confédération des Associations D’Étudiants et Étudiantes de l’Université Laval

AÉLIÉS – Association des Étudiantes et des Étudiants de Laval Inscrits aux Études Supérieures

MAGE-UQAC – Mouvement des Associations Générales Étudiantes de l’UQAC

AESGUL – Association des Étudiants en Sciences et Génie de l’Université Laval

AGETAAC – Association Générale des Étudiantes en Agriculture, Alimentation et Consommation

À propos du SENSÉ : La Solution Étudiante Nationale pour un Scrutin Équitable milite en faveur de l’adoption d’un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire à redistribution régionale au Québec. Le SENSÉ compte sur l’appui de 39 associations étudiantes collégiales et universitaires, représentant plus de 237 000 étudiant-e-s du Québec.

SOURCE La Solution Étudiante Nationale pour un Scrutin Équitable

Renseignements: Charles-Émile Fecteau, coordonnateur, Courriel : [email protected], Téléphone : (450) 502-3499