Communiqué de presse : UN NOUVEAU MODE DE SCRUTIN PEUT ÊTRE MIS EN PLACE AVANT LES PROCHAINES ÉLECTIONS : RÉACTION AU DGEQ

UN NOUVEAU MODE DE SCRUTIN PEUT ÊTRE MIS EN PLACE AVANT LES PROCHAINES ÉLECTIONS : RÉACTION AU DGEQ

MONTRÉAL, le 16 mai 2019 – Le Mouvement Démocratie Nouvelle est déçu d’apprendre que le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) ne s’est pas inspiré de l’Écosse et du pays de Galles pour prévoir un échéancier de mise en oeuvre plus rapide d’un nouveau mode de scrutin au Québec.

« L’Écosse a réussi à tenir des élections moins d’un an après avoir adopté un nouveau mode de scrutin. Leur solution était simple: utiliser les circonscriptions en vigueur au Parlement britannique à Westminster et les circonscriptions régionales du Parlement européen, et ont redivisé les circonscriptions lors d’une élection subséquente. Au Québec, on a déjà toutes sortes de divisions naturelles qui pourraient servir de base à la nouvelle carte électorale: MRC, circonscriptions fédérales et régions administratives. Les législateurs québécois devraient faire de même. Ce qui permettrait au DGEQ de livrer la marchandise dans le délai promis » a dit Jean-Pierre Charbonneau, président du Mouvement Démocratie Nouvelle.

Aux dernières élections, 75 % des électeurs québécois ont appuyé la réforme du mode de scrutin. Avant ces dernières élections, une entente a été signée par quatre partis (CAQ, QS, PQ et le Parti vert du Québec) se mettant d’accord pour réformer le mode de scrutin. Les quatre partis appuient un système proportionnel qui suit le principe de l’équité : le nombre de sièges à l’Assemblée nationale doit être distribué selon le nombre de votes que chaque parti obtient. C’est simple, juste et conforme aux valeurs de la société québécoise.

« Nous sommes rassurés de voir que la CAQ maintient son engagement à réformer le mode de scrutin, à déposer son projet de loi d’ici le 1er octobre et à le faire adopter afin qu’il soit en vigueur pour la prochaine élection en 2022. Le respect de cet engagement va dépendre de la façon dont l’Assemblée nationale établira la carte électorale lors du premier scrutin avec le nouveau système. La population s’est déjà prononcée à maintes reprises depuis 1972 et le MDN a réalisé de nombreuses consultations qui confirment sa volonté ferme de progrès significatif, explique M. Charbonneau. Trois partis qui siègent à l’Assemblée nationale se sont engagés à réformer le mode de scrutin. Il y a eu une adoption unanime d’une motion à l’Assemblée nationale confirmant les principes de l’entente et de la réforme du mode de scrutin. Notre système électoral est périmé. Il est temps de le changer. Les Québécois méritent un mode de scrutin juste et équitable. Il faut aller de l’avant et maintenir l’échéance des prochaines élections. »

Une rencontre est prévue la semaine prochaine entre le Mouvement Démocratie Nouvelle et des représentants des partis à l’Assemblée nationale.