Vivement des élections à la proportionnelle au Québec pour des mesures environnementales et sociales respectant la volonté populaire

Par Serge Leclerc et Gérald Talbot

Serge Leclerc et Gérard Talbot à la journée Pour que chaque vote compte, 22 mars 2014

Serge Leclerc et Gérard Talbot à la journée Pour que chaque vote compte, 22 mars 2014

Actuellement au Québec et au Canada, le mode de scrutin majoritaire de type britannique, un héritage colonial, est comme un miroir déformant les aspirations populaires.

En effet, le gouvernement libéral du Québec a une majorité absolue de député-e-s (70 sur 125) à l’Assemblée nationale alors que 59 % des électeurs et électrices n’ont pas choisi ce gouvernement.

Cette situation n’a aucun sens!

Aux élections québécoises du 7 avril dernier, un mode de scrutin plus proportionnel c’est-à-dire que la proportion de député-e-s obtenue par un parti politique soit plus ou moins similaire à la proportion des votes qu’il a obtenus, aurait permis de faire entrer à l’Assemblée nationale plus de député-e-s avec des valeurs progressistes et écologistes. Ces député-e-s pourraient alors forcer le gouvernement libéral à adopter des mesures et des cibles plus vigoureuses pour la lutte au changement climatique et à la pauvreté.

ENVIRONNEMENT ET ÉLECTIONS PROPORTIONNELLE

Le professeur, Érick Lachapelle, du Département de science politique de l’Université de Montréal a bien démontré dans sa thèse de doctorat que les modes de scrutin ont une influence sur la mise en œuvre de mesures environnementales. « En ouvrant la porte aux partis verts, les systèmes proportionnels favorisent l’adoption de politiques environnementales, ce qui n’est pas le cas dans les systèmes à majorité simple comme au Canada, (au Québec) et aux États-Unis». 1

Prenons par exemple l’étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM (organisme génétiquement modifiés). Alors qu’une grande majorité de québécois et de québécoises le réclame depuis plusieurs années, le gouvernement du Québec n’a pas mis en place le droit fondamental de savoir ce qu’on mange. Au contraire, en Europe, l’étiquetage est obligatoire. Pourquoi? Parce que la volonté de l’opinion majoritaire parmi la population se retrouvait exprimée d’une manière plus juste dans les institutions démocratiques comme le parlement européen.

Un autre exemple. Il y a quelques années, le gouvernement irlandais était une coalition dans lequel il y avait le parti vert. Ce dernier a obtenu que l’Irlande se déclare une zone sans OGM et adopte un étiquetage «sans OGM» pour les aliments importés. L’Irlande a un système proportionnel.

MESURES SOCIALES PLUS PROGRESSISTES ET MODE DE SCRUTIN PROPORTIONNEL

L’instauration de la représentation proportionnelle au Québec constitue un enjeu très important pour que les forces progressistes puissent occuper l’espace qui leur revient sur l’échiquier politique québécois en se voyant attribuer une juste part de la représentation parlementaire.

Un scrutin proportionnel, où le vote de chaque citoyen et citoyenne compterait, permettrait l’arrivée à l’Assemblée nationale d’un nombre significatif de député-e-s avec des valeurs progressistes pour défendre les gains sociaux acquis de haute lutte par les organisations syndicales, les groupes communautaires et féministes.

Ces député-e-s permettraient à plusieurs enjeux sociaux, souvent négligés, de trouver une place à l’Assemblée nationale et dans les débats publics. Des enjeux de société comme:

  1. La lutte contre la pauvreté;
  2. l’obtention de logements accessibles et abordables;
  3. un système de santé public;
  4. du travail à un salaire décent;
  5. une éducation gratuite et accessible;
  6. un environnement sain;
  7. la libre expression;
  8. une société non discriminatoire et non violente;
  9. un soutien financier adéquat aux organismes communautaire.

Et voilà pourquoi, l’écologie et des mesures sociales plus progressistes, ce sont aussi une affaire de démocratie avec un système électoral plus juste.Pour obtenir des changements si importants, il est essentiel de joindre nos efforts. Le Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN) est un organisme d’action communautaire autonome et non partisan. Il est dirigé par ses membres, des personnes et des organismes, qui ne se résignent pas à l’idée de subir une démocratie déficiente sans réagir. Si cette description s’applique à vous, soyez des nôtres!

1 Comment «décarboniser» l’énergie, journal « Forum » de l’Université de Montréal, 13 septembre 2010, p:1