Par Sylvie Boulianne

Drapeaux canadien et Union européenneCe matin, je lisais une analyse sur l‘impact désastreux des accords canado-européen- AEEG sur nos démocraties et j’ai eu froid dans le dos. Pour résumer, l’auteure, Ellen Gould, nous dit qu’il est trompeur d’utiliser le mot commerce dans le cadre de cet accord puisque les tarifs douaniers entre le Canada et l’Union européenne ont été déjà abaissés depuis un certain temps.

En fait, l’AEEG viserait plutôt à limiter les pouvoirs des gouvernements démocratiquement élus en accordant un traitement spécial aux entreprises étrangères. Plusieurs dispositions de l’accord visent à rendre égaux ou supérieurs les droits des entreprises étrangères aux citoyens du pays dans le cadre d’audiences publiques dans leurs pays.

Madame Gould pose la pertinente question à savoir : Quel système de gouvernement donne aux entreprises étrangères des droits égaux ou supérieurs à ceux de ses citoyens et se targuer d’être encore démocratique?
Lors de la dernière campagne électorale, Justin Trudeau commentait en plein débat, les réticences du NPD à aller de l’avant avec le Partenariat Trans-Pacifique négocié en pleine fin de campagne. Il disait qu’il ne comprenait pas pourquoi le NPD était contre, renchérissant que les néo-démocrates étaient systématiquement contre tout accord international. À l’époque, Stephen Harper refusait d’en dévoiler le contenu publiquement. On était déjà bien au courant des idées néolibérales de ce dernier.

Par contre, Justin Trudeau serait-il allé à l’université de Chicago et sans que personne ne le sache? Ai-je manqué quelque chose? Il serait devenu, tout à coup, « one of the Chicago Boys ».

Notre premier ministre nous a donné l’impression qu’il gouvernerait pour la Classe moyenne canadienne. Hé bien! C’est raté avec la ratification de l’AEEG. C’est aussi raté pour votre aura démocratique, Monsieur Trudeau, et je me demande s’il a seulement remarqué que cet accord est en rupture avec nos institutions démocratiques.

Je terminerai en formulant le vœu d’en finir une fois pour toutes avec l’alternance entre les deux grands partis. Seule, une Réforme électorale vers un mode de scrutin proportionnel peut nous garantir que nos dirigeants ne porteront pas un bonnet blanc ou un blanc bonnet. Seul, un parlement reflétant l’opinion de tous les Canadiens nous garantira que nous ne porterons pas un bonnet d’âne.

Ellen Gould, CCPA-BC, traduit par Jacques B., L’AECG, Chapitre quatre, « Obstacles techniques au commerce », Article 4.6.1, p.42, ARTICLE 1.1 Définitions d’application générale : «personne désigne une personne physique ou une entreprise.»
http://behindthenumbers.ca/2016/10/14/comment-laecg-canada-union-europeenne-va-miner-la-democratie/#.WA9cfEqh0pg.twitter