À propos du MDN

Créé en 1999 à l’initiative de la communauté afin que la question du mode de scrutin ne dépende plus exclusivement des décisions des partis politiques, le MDN a permis d’ouvrir un débat public et a grandement favorisé la participation de la population à celui-ci.Le MDN regroupe des organisations ainsi que des citoyennes et des citoyens de toutes allégeances, qui s’unissent pour défendre le droit à une représentation juste et équitable. Organisme communautaire autonome et non partisan, il s’allie aux mouvements sociaux québécois ainsi qu’aux organisations réformistes canadiennes et québécoises.

Il  réalise des consultations publiques, des campagnes d’éducation populaire et de mobilisation et fait pression sur les pouvoirs politiques. Il propose des analyses qui permettent à la population de saisir l’importance de remplacer le mode de scrutin majoritaire par un système produisant des résultats proportionnels. En 2011, il a mené la campagne Solution démocratique. Depuis 2016, il pilote la campagne Chaque voix compte qui a conduit à une entente trans-partisane signée le 9 mai 2018 par quatre des cinq principaux partis politiques au Québec. Selon cette entente, un projet de loi pour l’adoption d’un scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales sera déposé à l’Assemblée nationale d’ici le 1er octobre 2019.

Donnons-nous les moyens de nos ambitions !
Impliquons-nous pour faire avancer la cause !

Mot du président

Le Québec a besoin d’un nouveau mode de scrutin

Le remplacement du vieux mode de scrutin britannique en place au Québec depuis 1792 est discuté depuis plus de cent ans. Après les échecs des tentatives de réforme des gouvernements du Parti québécois de René Lévesque et du Parti libéral de Jean Charest qui avaient promis d’instaurer un système électoral de type proportionnel, le Mouvement Démocratie Nouvelle a relancé le projet de changement en 2016. Cela a conduit à une entente politique historique entre la Coalition Avenir Québec, le Parti Québécois, Québec Solidaire et le Parti Vert, entente à laquelle se sont aussi ralliés le NPD-Québec et le Parti conservateur du Québec. Tous ces partis ont recueilli ensemble 75% des suffrages à l’élection générale du 1er octobre 2018.

Depuis ce scrutin, des discussions intenses se déroulent, surtout avec les partis présents à l’Assemblée nationale, afin qu’un projet de loi instaurant un mode de scrutin proportionnel mixte, compensatoire avec listes régionales soit déposé dans les prochaines semaines puis adopté avec le plus grand consensus possible. L’objectif est que la prochaine élection générale de 2022 se tienne avec le nouveau système.

Pour que tous les partis qui ont promis le changement respectent la parole donnée, nous avons besoin de vous, de votre générosité financière et de votre soutien actif tant sur la place publique que dans vos réseaux personnels de connaissances et d’amis. En joignant aujourd’hui le mouvement, vous contribuez activement à nous rapprocher d’une démocratie réellement représentative.

Merci de répondre présent à cet important appel à l’aide. Les études sur les changements intervenus ailleurs démontrent que c’est l’appui visible et sonore des citoyennes et des citoyennes qui a fait la différence.

Vous pouvez vous engager dans notre mouvement en  devenant membre du MDN.

Enfin, je vous invite à aimer notre page sur Facebook et à nous ajouter à votre fil Twitter afin de suivre les derniers développements!

Jean-Pierre Charbonneau, président du Mouvement pour une démocratie nouvelle.

Notre Comité-conseil

Le comité-conseil regroupe des citoyennes et des citoyens reconnus pour leurs expériences et leurs compétences dans les débats entourant la réforme du mode de scrutin au Québec. Ces personnes conseillent le MDN sur les meilleurs moyens à prendre pour faire avancer l’enjeu du mode proportionnel au Québec.

Mosaïque de photos de : Jean Allaire, Claude Beland, Marie-France Benoît, Marcel Blanchet, Jonathan Bouchard, Jean-Pierre Charbonneau, Paul Cliche, Jacques Fournier, Winnie Frohn, Lorraine Guay, Émilie Guimond, Tania Kontoyanni, Gérald Larose, Réal Lavergne, Alain Marois, Myrlande Pierre, Marie-France Raynault, Sébastien Rivard, , Stéphane Rouillon, Dimitri Roussopoulos, Michel Seymour, Mireille Tremblay.

Composition du comité-conseil du MDN

  • JEAN ALLAIRE
    Artisan principal du Rapport Allaire au Parti libéral du Québec en 1990, il est aussi à l’origine avec Mario Dumont en 1994 de la formation politique de l’ADQ (Action démocratique du Québec). Actuellement, il est membre de la CAQ (Coalition Avenir du Québec). Il est un partisan depuis toujours du mode de scrutin proportionnel.
  • CLAUDE BELAND
    Président du Mouvement des caisses Desjardins (1987-2000), à la demande du gouvernement du Québec, en 2003, il assura la direction du comité directeur sur la réforme des institutions démocratiques du Québec. Par la suite il a aussi dirigé le Mouvement Démocratie et Citoyenneté issu des États généraux.
  • MARIE-FRANCE BENOÎT
    Conseillère syndicale à la condition féminine de la CSN depuis 1998, elle s’est impliquée très activement dans Féminisme et démocratie.
  • MARCEL BLANCHET
    Avocat de formation il a cumulé plusieurs fonctions dont celles de Directeur général des élections du Québec et président de la Commission de la représentation électorale de 2000 à 2010.
  • JONATHAN BOUCHARD
    Étudiant en urbanisme à l’UQAM il a été élu président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) en 2014.
  • PAUL CLICHE
    Paul Cliche a été un pionnier dans le domaine de la sociologie électorale au Québec. Il a publié, en 1999, Pour réduire le déficit démocratique : le scrutin proportionnel. Il a aussi été un des membres fondateurs du Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN).
  • WINNIE FROHN
    Professeure retraitée du département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM, ses domaines d’expertise sont entre autres la gouvernance locale et régionale, femmes et politique municipale. Elle a été conseillère municipale de la Ville de Québec de 1985 à 1993 et a joué un rôle déterminant dans la gouvernance locale à Québec.
  • LORRAINE GUAY
    Infirmière, c’est une femme engagée depuis de nombreuses années dans les milieux sociaux et communautaires et de la solidarité internationale. Elle a été membre du Collectif Féminisme et Démocratie qui a entre autres comme objectif d’obtenir un mode de scrutin proportionnel au Québec.
  • ÉMILIE GUIMOND
    Militante altermondialiste, elle a été co-porte-parole de Québec solidaire en 2011. Elle a aussi participé à Occupons Québec. Dans le cadre de l’école d’été de l’Institut du Nouveau Monde 2015, elle a été conférencière avec Lise Payette.
  • TANIA KONTOYANNI
    Comédienne elle a été coprésidente du Conseil de la souveraineté du Québec de 2005 à 2008. De plus, elle a animé deux spectacles d’envergure soulignant les anniversaires des référendums de 1980 et de 1995. Depuis 2012, elle est une des commissaires des États généraux sur la souveraineté du Québec.
  • GÉRALD LAROSE
    Président de la CSN de 1983 à 1990, il a en outre participé aux travaux de la Commission Bélanger-Campeau sur l’avenir du Québec. Il a été de 2000 à 2001 président des États généraux sur la langue française au Québec.
  • RÉAL LAVERGNE
    Membre du Comité exécutif et du Conseil national du mouvement Représentation équitable au Canada (FairVote).
  • ALAIN MAROIS
    Enseignant, il est vice-président de la vie politique de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE).
  • MYRLANDE PIERRE
    Sociologue, elle participe à la Chaire de recherche en immigration ethnicité et citoyenneté de l’UQAM. Elle a été membre de la Commission des États généraux sur les institutions démocratiques.
  • MARIE-FRANCE RAYNAULT
    Médecin spécialiste en santé communautaire, elle a publié en 2013 Le bon sens à la Scandinave dans lequel elle souligne les avantages d’un mode de scrutin proportionnel.
  • SÉBASTIEN RIVARD
    Coordonnateur du Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal, il est aussi représentant de la coalition « Main rouge », contre la tarification et la privatisation des services publics.
  • STÉPHANE ROUILLON
    Ingénieur, il détient un doctorat en recherche opérationnelle de l’École Polytechnique de Montréal. Il s’intéresse particulièrement au design de modèles de simulation de phénomènes divers comme les modes de scrutin. Dans ce sens, en 2006, il a agi comme expert auprès du DGEQ afin d’assurer la validité des paramètres devant servir aux simulations du modèle théorique de la proportionnelle compensatoire.
  • DIMITRI ROUSSOPOULOS
    Porte-parole de l’Institut de politiques alternatives de Montréal, il est président du Chantier sur la démocratie de la Ville de Montréal qui est à l’origine de l’adoption de la Charte des droits et responsabilités des citoyens et citoyennes et qui aspire à apporter des changements dans le système électoral.
  • MICHEL SEYMOUR
    Professeur au département de philosophie de l’Université de Montréal, il s’intéresse entre autres à la philosophie politique. Il a participé très activement au « Printemps érable ».
  • MIREILLE TREMBLAY
    Professeure à l’UQAM au Département de communication sociale, elle est présidente de l’Observatoire québécois de la démocratie (OQD). Ses recherches s’articulent autour de la gouvernance démocratique, de la participation citoyenne et de l’éducation à la citoyenneté démocratique.
Notre directeur général

Le directeur général
Jean-Sébastien Dufresne dirige depuis 2011 le Mouvement Démocratie Nouvelle, d’abord à titre de président bénévole pendant 7 ans puis depuis 2018 comme directeur général. Il fonde auparavant en 2004 l’organisme Iciéla, qui mobilise des bénévoles afin de promouvoir une société juste, équitable, solidaire et pacifique, passant par des activités d’échanges interculturels. Il a représenté les organismes jeunesse de la région de Montréal à titre de président du Forum jeunesse de l’île de Montréal de 2009 à 2012 et a été secrétaire de la Table de concertation des forums jeunesse régionaux du Québec. Il a notamment été nommé Personnalité de la semaine La Presse / Radio-Canada en 2008, au sein du Top 30 des moins de 30 ans pouvant influencer le monde des affaires par le Journal de Montréal la même année et l’un des cinq Grands Montréalais par le journal Le Devoir en 2011.

Jean-Sébastien Dufresne

Notre Conseil d'administration

Conformément aux statuts et règlements, le conseil d’administration de 11 membres vise la parité entre les femmes et les hommes et doit être représentatif des types de membres (individus et organismes), ainsi que de la diversité régionale et ethnoculturelle, dans la mesure du possible. Il se réunit environ 10 fois par année afin de mettre en action les orientations souhaitées par l’ensemble des membres. Les rencontres du CA sont ouvertes à tous les membres du MDN, ce qui permet de bénéficier d’expertises complémentaires et de dynamiser les échanges. Un comité exécutif de quatre personnes se réunit au besoin. En 2019, le  CA regroupe :

Président

Jean-Pierre Charbonneau
Diplômé en criminologie de l’Université de Montréal, Jean-Pierre Charbonneau a d’abord fait sa marque comme journaliste d’enquête sur le crime organisé et la corruption pour les quotidiens Le Devoir et La Presse. Élu député à 26 ans, en 1976, dans l’équipe du Parti québécois de René Lévesque, il sera réélu cinq autres fois avant de prendre sa retraite de la vie politique en 2006. Durant ses années au Parlement du Québec, il a présidé plusieurs commissions parlementaires, a été adjoint parlementaire du Premier ministre puis président de l’Assemblée nationale et finalement ministre de la Réforme des institutions démocratiques et des Affaires intergouvernementales canadiennes. Très impliqué dans l’aide internationale après avoir dirigé une équipe de coopérants québécois en Afrique centrale, Jean-Pierre Charbonneau est maintenant enseignant, conférencier, administrateur, conseiller stratégique et commentateur en affaires publiques. Depuis juin 2018, il est Officier de l’Ordre national du Québec.

Vice-président·es

Françoise David
Après des études universitaires en service social, Françoise David devient organisatrice communautaire au Centre des services sociaux de Montréal. En 1986, elle quitte le CSSMM et devient coordonnatrice du Regroupement des centres de femmes du Québec. Suite à son accession à la présidence de la Fédération des femmes du Québec, elle organise la marche des femmes contre la pauvreté en 1995 et la marche mondiale des femmes en 2000. Françoise David quitte la FFQ en 2001 et fonde en 2002 le collectif D’abord solidaire, puis, en 2004, le mouvement politique Option citoyenne. Celui-ci s’associe avec l’Union des forces progressistes pour former un parti politique de gauche, féministe, écologiste et indépendantiste, Québec solidaire. Elle en sera l’une des porte-parole jusqu’en 2017 alors qu’elle quitte la vie politique.
Alain Marois
Enseignant en adaptation scolaire, Alain Marois a travaillé dans des écoles de Montréal. Il est maintenant vice-président à la vie politique de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) depuis 2013. De plus, il a été au Conseil d’administration de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal pendant 15 ans. Dans le cadre de ses fonctions syndicales, il s’est occupé du dossier du mode de scrutin depuis 2003. Comme citoyen, il s’est impliqué à tous les paliers de la vie démocratique, car il croit qu’un mode de scrutin à finalité proportionnelle est essentiel pour restaurer la confiance à l’égard des institutions démocratiques.

Trésorier

Luc Bordeleau
Originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, Luc Bordeleau habite à Montréal et est diplômé en sciences politiques (B. Sc.) et administration (MBA). Il a travaillé en enseignement et dans le réseau de la santé et s’est impliqué dans des organismes communautaires de divers milieux (communications, gérontologie, arts, sécurité alimentaire).

Secrétaire

Audrey Paquet
Après avoir complété un baccalauréat en philosophie et science politique à l’Université Laval, puis une maîtrise en philosophie et enseignement collégial à l’Université de Montréal, Audrey Paquet travaille actuellement au Collège Shawinigan à titre d’enseignante en philosophie. Ayant grandi au sein d’une petite communauté au Témiscouata (Bas-St-Laurent), elle participe depuis son enfance à la vie sociale et culturelle de son village. Liée au militantisme étudiant, elle défend les valeurs fondamentales que sont la justice sociale, la liberté, la démocratie, l’environnement, le féminisme et l’antiracisme.

Administrateurs et administratrices

Chaïma Ben Miloud
Ingénieure et gestionnaire de projets technologiques, Chaïma Ben Miloud a travaillé pour le compte de compagnies canadiennes multinationales et est maintenant directrice des opérations chez ASOI Inc.. Passionnée par l’engagement authentique et l’impact social, elle est fondatrice de la Jeune chambre tunisienne du Québec, finaliste meilleure jeune chambre de l’année après seulement 1 an et demi d’existence, jeune dirigeante chez Desjardins, membre exécutive de Women in Aviation et Ambassadrice Groupe des Trente leaders inspirants pour la diversité en gouvernance. Ceci lui a valu plusieurs reconnaissances pour son engagement.
Marie-Claude Bertrand
Détentrice d’une maitrise en éducation avec une spécialité en technologie éducationnelle, Marie-Claude Bertrand a œuvré durant sa carrière dans plusieurs institutions d’éducation: à la formation en pédopsychiatrie à l’Hôpital Sainte-Justine, dans des programmes de perfectionnement des enseignant.e.s en exercice à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke, à titre de conseillère pédagogique au développement de matériel didactique au Ministère de l’Éducation ainsi qu’au Cégep du Vieux-Montréal. Sensible aux enjeux auxquels nos sociétés sont confrontées, elle a poursuivi des études de 2e cycle en éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke. Son engagement au MDN reflète cette préoccupation d’œuvrer au renouvèlement de la démocratie au Québec.
Pierre-Olivier Legault-Tremblay
Conseiller en politiques publiques dans la fonction publique fédérale en relations avec les économies émergentes, Pierre-Olivier Legault-Tremblay est détenteur d’un doctorat en gestion portant sur la gouvernance des organisations. Il a travaillé pour des instituts de recherche sur trois continents sur le commerce international, les réformes institutionnelles et le développement. Il s’engage depuis 15 ans en faveur de la réforme électorale au Québec, initialement au conseil d’administration du Mouvement Démocratie et citoyenneté du Québec et depuis plusieurs années au Mouvement pour une démocratie nouvelle.
Henry Milner
Chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en études électorales au département de science politique de l’Université de Montréal, Henry Milner a obtenu son doctorat en sciences politiques à l’Université Carleton. Il a enseigné au Collège Vanier, et a été professeur invité et associé et/ou chercheur pour de nombreuses universités, dont, Carleton, Queens, Victoria, Laval, et Western, l’université de Stockholm, Umea et Sodertorn en Suède, l’université de Paris, l’IEP de Grenoble, L’Université Abo Akadémie en Finlande, et l’université de Melbourne en Australie et l’Université Victoria en Nouvelle Zéeland. Ses livres et articles récents portent surtout sur la participation politique et la réforme du mode de scrutin.
Shahad Salman
Jeune avocate qui combine dans sa pratique quotidienne le droit, la science et l’innovation. Elle est engagée bénévolement dans les causes de la diversité ethno culturelle du Barreau de Montréal, le profilage racial au SPVM et l’Holocauste. Elle siège aussi à deux comités d’éthique, le premier est lié à la recherche à la faculté de médecine de McGill et le second, au Centre de prévention de la radicalisation.
Charles Ste-Marie
Premier Vice-président du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN depuis juin 2016, Charles Ste-Marie est issu du syndicat des employé-es du CHUM de la CSN, dont il est membre depuis 1997. Il a de plus été membre de l’exécutif du SECHUM comme Vice-président à l’information et mobilisation de 2006 à 2016. Il est militant pour le logement et la justice sociale depuis plus de 20 ans.

Comments are closed.