Le MDN a manisfesté son désaccord

Justin Trudeau a brisé sa promesse de faire en sorte que 2015 ait été la dernière élection sous le mode actuel.

Mobilisation à travers le Canada contre l’abandon de la réforme électorale
PUBLIÉ LE SAMEDI 11 FÉVRIER 2017 Voir le reportage de Radio-Canada

Plusieurs personnes ont manifesté leur mécontement le 11 février 2017

Le reportage de Michel Marsolais
Des manifestations ont pris place dans près de 30 villes canadiennes, samedi, afin de dénoncer la volte-face du premier ministre Justin Trudeau, qui a abandonné son projet de réforme du mode de scrutin.

Radio-Canada avec La Presse canadienne
Les partisans de la réforme électorale se sont réunis par centaines à Montréal, à Toronto, à Vancouver, à Winnipeg, à Edmonton et à Ottawa pour manifester leur déception.

« Justin, menteur », ont scandé plusieurs protestataires qui ont déambulé dans la circonscription du premier ministre pour se rendre à son bureau.

Après s’être engagé tout au long de la campagne électorale à présenter un projet de loi sur la réforme du mode de scrutin dans les 18 mois suivants l’élection de son parti, Justin Trudeau a relégué cette promesse aux oubliettes.

« On avait une occasion historique d’améliorer et de changer notre démocratie. Malheureusement, M. Trudeau vient juste d’augmenter le cynisme des citoyens et citoyennes », a déploré Alexandre Boulerice, député de Rosemont–La Petite-Patrie sous la bannière du NPD. « Il nous a trompés, il nous a menti », a-t-il lancé.

C’est vraiment insultant pour la population. Quand il s’agit de maintenir une promesse électorale qui sert à l’élite […], ça, il respecte ça. Mais quand il s’agit de tenir une promesse électorale au service du peuple et de la démocratie, là, on s’en retire.

Manon Massé, députée de Québec solidaire dans Sainte-Marie-Saint-Jacques à l’Assemblée nationale
Après avoir mené de nombreuses consultations et débattu des différents systèmes en comité parlementaire, le premier ministre canadien a justifié l’abandon de sa promesse en plaidant qu’il n’y avait plus de consensus sur la question.

Plus de 80 % des experts du comité spécial sur la réforme électorale s’étaient pourtant déclaré en faveur d’une réforme, a souligné Jean-Sébastien Dufresne, président du Mouvement démocratie nouvelle. Selon un sondage en ligne mené par le comité, 71,5 % des citoyens avaient envoyé le même message.

« Le consensus, il est là. S’il n’y a pas de consensus auprès des politiciens, que [Justin Trudeau] se tourne vers la population », a ajouté M.Dufresne.

À l’instar des conclusions du comité, les manifestants plaident pour un mode de scrutin à représentation proportionnelle qui laisserait davantage de place aux petits partis.

Les commentaires sont clos.