Proportionn – elle

Blogue citoyen

Le Québec a battu le record du nombre de femmes élues à l’Assemblée nationale lors des élections de 2018 avec 42 %. Un beau progrès pour notre nation par rapport au maigre 33 % de 2012. C’est déjà un avancement, mais la parité homme/femme n’a jamais été atteinte et qu’on se le dise, l’homme n’est jamais désavantagé.

Notre mode de scrutin actuel a ses failles en ce qui concerne la représentation des femmes à l’Assemblée nationale. Malgré les progrès dans les dernières années, rien ne peut promettre la perpétuelle croissance jusqu’à la parité. Je ne serais malheureusement pas du tout surpris d’assister à une diminution du nombre de femmes élues dans les prochaines élections.

Avec l’intérêt du gouvernement actuel vers un mode de scrutin plus proportionnel, je vois une opportunité énorme d’améliorer indéfiniment la représentation de la femme à Québec. En effet, le scrutin uninominal à un tour présentement implanté distribue la totalité des sièges à l’Assemblée via des suffrages par circonscription. Il n’y a donc aucune possibilité de compenser si plus de la moitié des femmes sont défaites. Par la réforme du mode de scrutin vers une mixte compensatoire et l’ajout d’une liste de candidatures paritaire, les inégalités créées par les élus de circonscriptions pourraient être compensées directement de la liste des candidats régionaux.

Personnellement, je salue la volonté du Québec à vouloir améliorer la représentation de la femme, mais d’un autre côté, il est grand temps d’entamer des démarches beaucoup plus concrètes face à cet enjeu. Je sens que le Québec est prêt pour un changement qui non seulement permettra une meilleure représentativité des petits partis, mais également chez la femme.

Justin-Ross Morgan
Citoyen de Laval