Morts et graves dégâts après de fortes pluies en Amérique centrale

Ville de San Salvador/Guatemala. Après un mois de canicule, l’Amérique centrale est touchée par des précipitations extrêmes. Selon les médias, il y a déjà eu des morts et la pluie continue. Jusqu'à présent, onze personnes sont mortes rien qu'au Salvador, dont deux mineurs. Sa maison a été ensevelie par un glissement de terrain.

Fernando López, ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles, a souligné qu'une nouvelle zone dépressionnaire se forme sur le golfe du Mexique qui a « une forte probabilité de se transformer en tempête tropicale et aura donc un impact direct sur le pays ». « Encore de la pluie » est à prévoir.

Selon le ministre de l'Intérieur Juan Carlos Bidegaín, 882 personnes ont été enregistrées jusqu'à présent dans les refuges d'urgence, dont 430 mineurs. Les établissements d'enseignement à travers le pays ont été fermés ou ont opté pour des cours en ligne mardi et mercredi. Pour faire face à la crise, le pays est en alerte. Le ministre a déclaré dans les médias que le Congrès avait déjà approuvé dimanche l'état d'urgence de 15 jours pour l'ensemble du pays.

Jusqu'à présent, huit personnes sont mortes au Guatemala. Dans douze des 22 départements, l'enseignement en présentiel dans les écoles et universités a été arrêté lundi. Le président Bernardo Arévalo a déclaré que le pays était confronté à une « saison des pluies historique ». En plus des services d'urgence, il a affecté 30 000 soldats pour faire face aux impacts et aux urgences.

L'agriculture de ce pays d'Amérique centrale est également touchée. Dans le département de Quetzaltenango, Prensa Comunitaria a signalé des dégâts aux milpas, les champs de maïs traditionnels. Un agriculteur du quartier pauvre de Las Rosas, à la périphérie de la capitale départementale Quetzaltenango, a déclaré à Amerika21 que « tout était cassé » dans la plante qui poussait dans son champ de maïs à cause de « la pluie et des vents violents ». « D'abord, la période sèche d'une semaine et le manque de pluie en mai et maintenant ces pluies », a-t-il déclaré, « il y a de moins en moins de périodes sèches et pluvieuses normales ». Le maïs est l'aliment principal au Guatemala, ses prix ont considérablement augmenté et s'élèvent actuellement à 400-500 quetzales (48-60 euros) le quintal (environ 46 kg).

Il y a eu jusqu'à présent un décès dans la capitale Guatemala City. Environ 700 000 personnes vivent dans des quartiers précaires dans la zone d'influence de la ville. Sur les collines autour du centre-ville, le risque de glissements de terrain et d'inondations pendant la saison des pluies est considérablement accru.

Vendredi dernier, la police a tenté de nettoyer une colonie située sous le pont El Naranjo, dans le bidonville « Dios es fall », dans la zone 7. La colonie a été construite sans autorisation et est située dans une zone à haut risque pendant la saison des pluies. En septembre dernier, onze personnes y sont mortes lorsqu'un petit ruisseau a grossi à cause de la pluie et a emporté plusieurs maisons.

Selon les autorités, environ 5 200 personnes au Honduras ont jusqu'à présent été touchées par les pluies, en particulier dans le sud du pays. 38 communautés sont coupées du monde extérieur par les inondations, dont 16 dans la commune d'Alianza, dans le département de Valle.

De fortes pluies ont également été signalées au Nicaragua ; selon les médias, il y a eu jusqu'à présent un mort et un blessé et une quarantaine de maisons ont été détruites.

La région entière a été touchée par une saison sèche inhabituellement chaude entre février et mai, qui a conduit à plusieurs reprises à des incendies de forêt (a rapporté America 21). Les pluies qui commencent maintenant marquent le début de la saison des pluies, mais celle-ci commence généralement début mai.