« Pas de vote pour Le Pen » : le camp Macron annonce le retrait de ses propres candidats

« Ne votez pas pour Le Pen »
Le camp Macron annonce le retrait de ses propres candidats

Après la solide performance des populistes de droite français, le camp Macron et la gauche ont annoncé que leurs candidats arrivés en troisième position se retireraient du second tour des élections. Les Républicains s’abstiennent de recommander la tenue d’élections.

Suite au succès électoral des populistes de droite, le Premier ministre français Gabriel Attal a annoncé le retrait d’une soixantaine de candidats gouvernementaux au second tour. Cela devrait empêcher les candidats populistes de droite de gagner, a-t-il déclaré ce soir-là à Paris. « Aucun vote ne peut aller au Rassemblement National », a-t-il souligné. « La leçon de ce soir est la suivante : l’extrême droite est aux portes du pouvoir », a déclaré Attal. Il a souligné qu’il souhaitait empêcher leur majorité absolue et espérait plutôt « une Assemblée nationale dans laquelle nous aurons suffisamment de poids pour travailler avec les forces républicaines afin de créer des majorités pour des projets et des idées ».

Après le premier tour des élections législatives anticipées, les populistes de droite du Rassemblement National (RN) sont clairement en tête des projections avec environ 34 pour cent. Le camp du président Emmanuel Macron a glissé à la troisième place avec environ 20 pour cent. Pour la répartition des 577 sièges de l’Assemblée nationale, il est crucial de savoir si et combien de candidats se retireront au second tour des élections, par exemple pour empêcher un candidat du RN de l’emporter.

Républicains : On laisse le choix aux Français

Les Républicains français (LR) ne souhaitent pas se retirer de certaines circonscriptions au second tour des élections législatives du 7 juillet, comme les populistes de gauche et le camp Macron. La direction LR l’a annoncé dans un communiqué ce soir-là. Il n’y aura pas non plus de recommandations de vote dans les circonscriptions dans lesquelles le parti n’est pas représenté au second tour. « Nous laissons aux Français le soin de s’exprimer selon leur conscience », précise-t-il. Le « macronisme » est « mort ».

Le chef controversé des Républicains, Éric Ciotti, a appelé tous les conservateurs à rejoindre son alliance très critiquée avec le Rassemblement National. « La victoire est en vue ce soir », a déclaré Ciotti après la belle performance des candidats du RN et des Républicains, qui avec Ciotti avaient décidé de soutenir le RN. « Ce résultat est une belle réussite. Les Français ont exprimé par leurs votes leur envie de changement et de changement.

Les populistes de gauche prêts à battre en retraite

Le parti populiste de gauche La France Insoumise (LFI) avait annoncé précédemment qu’il retirerait ses candidats dans certaines circonscriptions. Dans les circonscriptions où LFI arrive en troisième position et le Rassemblement national (RN) en première place, les candidats LFI se retireraient, a déclaré dans la soirée le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon.

« Nous ne laisserons pas le RN gagner nulle part », a souligné Mélenchon. « Notre recommandation électorale est simple, directe et claire : plus de votes, plus de sièges pour le RN », a-t-il poursuivi. Mélenchon a qualifié l’élection de « défaite grave et indéniable » pour le président Emmanuel Macron.