Pourparlers à Bruxelles : Cuba et l’Union européenne contre les mesures coercitives américaines

Bruxelles. Une réunion entre les délégations de Cuba et de l'Union européenne a eu lieu la semaine dernière dans la capitale belge. Depuis 2017, les deux parties ont tenu des entretiens annuels sur des sujets clés dans le cadre de « l'Accord de dialogue politique et de coopération avec Cuba » (Acuerdo de diálogo político y de cooperación con Cuba). Il s'agissait du quatrième cycle sur le thème des « mesures coercitives unilatérales ».

Selon le ministère cubain des Affaires étrangères (Minrex), des informations actualisées ont été échangées sur les dommages causés ces derniers temps par le blocus américain au peuple et aux citoyens cubains et aux intérêts économiques et commerciaux de l'UE. À cette fin, des mesures pratiques « visant à protéger les relations légitimes » entre les deux parties contre les mesures coercitives des États-Unis ont été discutées et des expériences concernant les procédures judiciaires américaines fondées sur la loi Helms-Burton ont été échangées.

Un échange technique entre experts des deux parties sur les effets extraterritoriaux de cette loi a également été convenu.

Le communiqué de presse du Minrex indique en outre qu'il existe un accord sur le fait que la mise en œuvre effective du règlement UE 2271/96 est d'une grande importance, qui vise à protéger les États membres de l'Union européenne contre les effets de la loi américaine susmentionnée.

Le dialogue s'est déroulé dans un « climat respectueux et constructif ». Les délégations étaient conduites par Rodolfo Benítez Verson, directeur général des Affaires multilatérales et du droit international du ministère cubain des Affaires étrangères, et Pelayo Castro Zuzuárregui, directeur général adjoint pour les Amériques du Service européen pour l'action extérieure.

Au cours des négociations à Bruxelles, le Minrex a déclaré que les deux parties avaient également exprimé leur intérêt à continuer d'explorer ensemble des mécanismes et des cadres qui contribueraient à promouvoir le commerce, les investissements et la coopération entre Cuba et l'UE.

Comme le rapporte l'agence de presse cubaine Prensa Latina, il a été décidé, entre autres, de rechercher des moyens de promouvoir l'intégration de Cuba au programme d'investissement Global Gateway.

Un échange devrait également être mené sur des mesures concrètes de coopération « qui contribuent à la diversification et à l'actualisation économique » à Cuba.