« Vous pouvez faire ça à n’importe qui » : Donald Trump s’en prend à la justice américaine

« On peut le faire à n'importe qui »
Donald Trump s'en prend au système judiciaire américain

Lors de sa première apparition après sa condamnation historique, l’ancien président américain Trump s’en prend au pouvoir judiciaire et au président sortant Biden. Dans le même temps, l’homme de 77 ans fait état de dons qui se chiffrent en millions.

L'ancien président américain Donald Trump s'en est pris au système judiciaire du pays après sa condamnation lors du procès secret. « S'ils peuvent me faire ça, ils peuvent faire ça à n'importe qui », a-t-il déclaré lors d'une apparition à la Trump Tower à New York. Il a une nouvelle fois accusé le juge président Juan Merchan de faire preuve de partialité à son encontre. « Vous avez vu ce qui est arrivé à certains des témoins qui étaient de notre côté : ils ont été littéralement crucifiés », a-t-il crié aux passants. Au total, Trump a donné une sorte de monologue pendant plus d’une demi-heure.

Trump a accusé son adversaire attendu à l'élection présidentielle de l'automne prochain, le président sortant Joe Biden, d'avoir fait avancer les accusations portées contre lui dans cette affaire en collaboration avec le ministère de la Justice. Trump n’en a fourni aucune preuve.

Il attaque également Biden politiquement. Le président et la « bande de fascistes » qui le soutenaient n’ont pas réussi à sécuriser la frontière américaine avec le Mexique, a déclaré Trump. « Il est le pire président de l'histoire de notre pays, le président le plus incompétent et le plus stupide que nous ayons jamais eu », a déclaré Trump.

La veille au soir, Trump avait été reconnu coupable par un jury des 34 chefs d'accusation de dissimulation d'argent secret à une star du porno. C'est la première fois dans l'histoire des États-Unis qu'un ancien président américain est tenu pénalement responsable.

Le républicain risque désormais une amende ou une peine de prison de plusieurs années, qui pourrait également être assortie du sursis. Mais ni ce verdict sans précédent ni un éventuel emprisonnement ne dissuadent Trump de se présenter à la présidence. Le condamné a parlé de « honte » et son avocat a annoncé qu'il ferait appel. La sentence doit être annoncée le 11 juillet.

Dans les premières heures qui ont suivi sa condamnation, Trump a déclaré avoir collecté des millions de dons. Lors de sa comparution, il a évoqué 39 millions de dollars (36 millions d'euros), provenant principalement de petits donateurs. Dans la matinée, son équipe de campagne a donné un chiffre légèrement inférieur : 34,8 millions de dollars de dons ont été reçus depuis le verdict, ont-ils indiqué.