+++ Actualités dans la guerre au Moyen-Orient +++ : Israël prévoit de nouvelles actions

Ministre de la Défense Joaw Gallant : Sauvetage d’otages dans le sud et lutte contre les dirigeants du Hamas. Utilisez « aussi longtemps que nécessaire ».

Israël veut conserver sa liberté d’action opérationnelle

Israël a présenté ses plans pour la prochaine phase de la guerre contre le Hamas. Le ministre de la Défense Joaw Gallant a déclaré jeudi qu’une action plus ciblée serait désormais menée dans le nord de la bande de Gaza. Dans le sud, cependant, les dirigeants du Hamas sont toujours persécutés et les otages sont en cours de libération. L’opération se poursuivra « aussi longtemps qu’elle sera jugée nécessaire », a-t-elle indiqué dans un communiqué. Israël se réservera une liberté d’action opérationnelle après la guerre dans la bande de Gaza. Les autorités palestiniennes, en revanche, assumeraient l’administration tant qu’il n’y aurait aucune menace pour Israël.

« Dans le nord de Gaza, nous passerons à une nouvelle approche de combat conforme aux succès militaires sur le terrain », indique le communiqué. Les raids, l’explosion de tunnels, les attaques aériennes et terrestres et le déploiement de forces spéciales figuraient parmi les mesures supplémentaires. Israël a récemment annoncé le retour de certains réservistes chez eux. Cela devrait également alléger la charge qui pèse sur l’économie près de trois mois après le début de la guerre. (rtr)

Borrell se rend au Liban

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, se rend au Liban pour des entretiens du 5 au 7 janvier. L’UE à Bruxelles explique qu’elle discutera de la situation à la frontière entre le Liban et Israël. Borrell soulignera qu’il faut éviter une escalade de la situation. Il s’efforcera également de faire progresser les efforts diplomatiques dans la région. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est également envolé pour un voyage au Moyen-Orient. Il souhaite conseiller la région sur la manière d’empêcher la propagation du conflit entre Israël et le Hamas. (rtr)

US Navy : un drone Houthi explose

01h50 – Un drone rebelle Houthi chargé d’explosifs a explosé dans une voie de navigation clé de la mer Rouge, selon la marine américaine, mais n’a causé aucun dégât. Le chef des forces navales américaines au Moyen-Orient, le vice-amiral Brad Cooper, a déclaré aux journalistes que le bateau des Houthis avait parcouru environ 80 kilomètres dans la mer Rouge avant d’exploser. Il se trouvait à quelques kilomètres des navires marchands et des navires de la marine américaine. On ne sait pas quelle était la cible de l’attaque. (rtr)

Un cargo occupé par l’Inde détourné au large de la Somalie

Un cargo avec un équipage indien a été détourné au large des côtes somaliennes. La marine indienne a déclaré vendredi qu’elle avait lancé la poursuite et qu’elle surveillait de près la situation. Selon les informations de l’agence de presse indienne ANI, il y avait 15 membres d’équipage indiens à bord du « MV Lila Norfolk », battant pavillon libérien. Le navire a été détourné dans la mer d’Oman, ce dont la marine a eu connaissance jeudi soir, a rapporté l’ANI, citant l’armée. La Marine a contacté l’équipage du navire.

Le navire a informé le British Maritime Office (UKMTO) que cinq à six inconnus armés étaient montés à bord dans la soirée du 4 janvier, a indiqué la marine indienne. La Somalie borde le golfe d’Aden au nord et la mer d’Oman à l’est. Le golfe d’Aden relie la mer Rouge, où se déroulent actuellement des attaques contre des cargos par les rebelles Houthis, et la mer d’Oman, une mer bordant l’océan Indien. D’importantes routes maritimes y circulent. Les milices Houthis au Yémen ont déclaré leur solidarité avec le Hamas dans la bande de Gaza et ont déclaré avoir attaqué à plusieurs reprises des navires qui auraient des liens avec Israël. (rtr)

Les États-Unis tuent le commandant d’une milice pro-iranienne en Irak

Les États-Unis affirment avoir tué un commandant pro-iranien lors d’une frappe aérienne en Irak. Le chef de la milice Harakat al-Nujaba a été impliqué dans des attaques contre les troupes américaines, a déclaré jeudi un responsable du ministère américain de la Défense. Outre lui, un autre membre de la même milice a été tué.

La frappe aérienne américaine était une « légitime défense », a déclaré le représentant du Pentagone. « Aucun civil n’a été blessé », a-t-il souligné. Il n’y a également eu aucun dommage aux infrastructures. Harakat al-Nujaba a déclaré jeudi que son commandant adjoint des opérations à Bagdad, Mushtak Talib al-Saidi, avait été « martyrisé par une frappe américaine ». Un responsable de la sécurité irakienne a déclaré que la frappe de drone avait tué deux personnes et en avait blessé sept autres.

La milice Harakat al-Nujaba fait partie du réseau pro-iranien Hashed al-Shaabi, composé d’anciens paramilitaires intégrés à l’armée régulière irakienne. Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, les tensions se sont également accrues dans d’autres régions du Moyen-Orient. Le nombre d’attaques contre les bases utilisées par l’armée américaine en Irak et en Syrie a considérablement augmenté. L’armée américaine a enregistré plus de 100 attaques de ce type depuis la mi-octobre. Il y a environ 2 500 soldats américains stationnés en Irak et 900 en Syrie voisine. (AFP)

L’EI revendique l’attaque en Iran

Après la double attaque qui a fait au moins 80 morts et plus de 280 blessés à Kerman, dans le sud de l’Iran, la milice jihadiste État islamique (EI) a revendiqué le crime. La milice terroriste sunnite a affirmé jeudi que deux de ses membres se sont fait exploser au milieu d’« apostats ». Les dirigeants de Téhéran avaient auparavant imputé à Israël et aux États-Unis la pire attaque perpétrée en Iran depuis 45 ans.

Dans une déclaration de l’EI publiée sur le service en ligne Telegram, concernant l’Iran à majorité chiite, il est indiqué que deux membres de l’EI ont « activé » leurs ceintures explosives lors d’un « grand rassemblement d’apostats ». L’Iran a commémoré jeudi les nombreuses victimes par une journée de deuil national. Entre-temps, les médias d’État iraniens ont fait état de plus d’une centaine de morts. Selon les secours, 284 personnes ont également été blessées. Selon l’agence de presse iranienne Isna, Wahidi a annoncé des mesures de sécurité renforcées aux frontières du pays avec l’Afghanistan et le Pakistan à la suite de l’attaque.

Les deux engins explosifs ont explosé alors que de nombreuses personnes à Kerman rendaient hommage au général Qassem Soleimani, tué par l’armée américaine il y a quatre ans. Soleimani avait commandé les Brigades Qods, la branche des Gardiens de la révolution iranienne responsable des opérations étrangères, et était impliqué dans la lutte contre l’EI en Irak.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné dans les termes les plus fermes « l’acte lâche de terrorisme perpétré jeudi dans la ville de Kerman ». Le terrorisme, sous toutes ses formes, constitue l’une des plus grandes menaces à la paix et à la sécurité internationales. La déclaration commune appelle tous les États à coopérer « activement » avec l’Iran pour poursuivre les responsables de la double attaque. (afp)