+++ Actualités dans la guerre au Moyen-Orient +++ : Netanyahu contre Biden

Le chef du gouvernement israélien rejette les critiques du président américain sur les actions menées dans la guerre à Gaza. Pendant ce temps, le mois de jeûne du Ramadan commence dans une ambiance dépressive.

Netanyahu rejette les critiques de Biden sur la guerre à Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté les critiques du président américain Joe Biden concernant l'opération militaire israélienne dans la bande de Gaza. « Si le président américain veut dire que je mène une politique privée contre la volonté de la majorité des Israéliens et que cela nuit aux intérêts d’Israël, alors il a tort sur les deux points », a déclaré Netanyahu lors d’une conversation avec les médias Springer à Jérusalem dimanche.

Sa politique est soutenue par une « écrasante majorité » d’Israéliens, a ajouté Netanyahu. Cependant, des milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi soir contre la politique de Netanyahu et l'accord sur les otages, qui n'avait toujours pas été conclu, et la police a parfois pris des mesures violentes contre les manifestants.

Netanyahu semble néanmoins déterminé à lancer prochainement l’offensive militaire contre le Hamas islamique radical dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, malgré les avertissements internationaux. Après le début de l'offensive contre les derniers bataillons du Hamas à Rafah, la « phase intense » des combats va durer quatre à six semaines.

Compte tenu de la situation désespérée de la population de la bande de Gaza, Biden avait auparavant ouvertement critiqué les actions d'Israël. « À mon avis, il fait plus de mal à Israël qu’il n’aide le pays », a déclaré Biden dans une interview à la chaîne de télévision américaine MSNBC diffusée samedi soir.

🐾 « Personne n’a envie de faire la fête »

À l’ombre de la guerre, les musulmans de Jérusalem célèbrent le début du mois de jeûne du Ramadan. L'espoir d'un cessez-le-feu reste insatisfait, écrit le correspondant de Taz, Felix Wellisch, de Jérusalem.

Rapport : le Hamas compte sur le Ramadan pour sa survie

Lancer une offensive terrestre à Rafah pendant le Ramadan serait risqué, a déclaré au journal Udi Dekel, général de brigade israélien à la retraite et chercheur à l'Institut d'études sur la sécurité nationale de Tel Aviv. Israël a jusqu'à présent reporté ses opérations majeures à Rafah afin de gagner du temps pour négocier un cessez-le-feu temporaire et la libération des otages. Si les pourparlers n’aboutissent à aucun résultat, Israël n’aura plus aucune raison de se retenir, a déclaré Dekel.

Les dirigeants du Hamas comptent sur le Ramadan pour renverser la dynamique de la guerre en leur faveur, écrit-on dimanche. Elle espère que la pression diplomatique aboutira à l'arrêt de l'offensive et assurera ainsi la survie du Hamas.

Le roi saoudien appelle à la fin des « crimes »

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a appelé la communauté internationale à mettre fin aux « crimes odieux » perpétrés dans la bande de Gaza dans son message à l'occasion du mois sacré musulman du Ramadan. « Alors que nous assistons au début du Ramadan cette année, nos cœurs sont remplis de tristesse face aux souffrances continues de nos frères palestiniens qui font face à une agression incessante », a déclaré dimanche le roi.

« Nous appelons la communauté internationale à assumer ses responsabilités pour mettre fin à ces crimes odieux et garantir la mise en place de couloirs humanitaires et de secours sûrs », a poursuivi le roi saoudien.

Réprimande pour le commandant des explosifs

Les médias israéliens ont rapporté lundi, citant l'armée, que l'armée avait officiellement réprimandé un commandant pour avoir détruit une université dans la ville de Gaza sans autorisation en janvier. Selon certaines informations, le Hamas aurait utilisé cette installation. Mais le commandant aurait fait sauter le bâtiment sans l'autorisation nécessaire de son supérieur. L'incident fait toujours l'objet d'une enquête.

De nouveaux efforts pour un cessez-le-feu à Gaza

L'Egypte poursuit ses efforts pour parvenir à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, selon des sources sécuritaires du pays. Ils sont en contact avec les services secrets israéliens du Mossad et du Hamas. L'objectif est de reprendre les négociations pendant le mois de jeûne du Ramadan. Cela commence lundi ou mardi.

Les médiateurs américains, égyptiens et qataris avaient déjà tenté en vain de parvenir à un accord sur un cessez-le-feu et la libération des otages dans la guerre entre Israël et le Hamas islamiste à l'approche du Ramadan, qui commence lundi dans plusieurs pays musulmans.

Cette tentative a finalement échoué en raison de la résistance du Hamas à un cessez-le-feu temporaire : le chef du Hamas, Haniya, a déclaré dimanche que si Israël s'engageait à mettre fin à la guerre et à se retirer de la bande de Gaza, il serait disposé à faire preuve de flexibilité dans les négociations. Jusqu'à présent, la proposition des médiateurs ne prévoyait qu'un cessez-le-feu de six semaines et une première phase d'échange d'otages contre des prisonniers palestiniens.

Le Hamas ne veut pas « abandonner la seule carte dont il dispose, à savoir les otages, en échange d'un cessez-le-feu temporaire », a expliqué Ghassan Khatib, de l'Université de Birzeit.