Attaque contre une femme à l’Université de Hambourg : dispute après une conférence sur l’antisémitisme

Une lecture sur l'antisémitisme à l'Université de Hambourg se termine dans la violence. Un homme de 26 ans a frappé au visage l'épouse de l'orateur, mais celle-ci a riposté.

HAMBOURG afp/dpa/epd/ | Après une lecture à l'Université de Hambourg sur le thème de l'antisémitisme, une femme de 56 ans a été agressée et battue. L'agresseur s'est ensuite défendu, comme l'a annoncé vendredi la police de Hambourg. Selon la Société germano-israélienne, la personne attaquée est l'un des membres de son conseil d'administration.

L'altercation a eu lieu mercredi soir lors d'une série de conférences publiques sur le thème de l'antisémitisme et de l'antisémitisme, au cours de laquelle, selon la police, des chahuts répétés ont eu lieu. Après la fin de l'événement, l'épouse de l'orateur, âgée de 56 ans, et certains auditeurs du public se sont disputés, au cours de laquelle une jeune femme de 26 ans a soudainement attaqué son adversaire et l'a frappée au visage. Selon la police, elle s'est à son tour défendue en donnant des coups de pied et en mordant le jeune homme de 26 ans.

« Alors que la blessure au visage de la femme de 56 ans a été soignée sur place par une équipe d'ambulance et qu'elle a ensuite cherché elle-même à se faire soigner, la jeune femme a choisi de ne pas demander de soins médicaux pour ses blessures », a indiqué la police. La police a ouvert une procédure pénale contre les deux femmes, soupçonnées de coups et blessures.

Le Département de la sécurité de l'État du Bureau national de la police criminelle enquête. Se pose également la question de savoir si le conflit était un incident antisémite. « Ce crime doit faire l'objet d'une enquête approfondie de la part des autorités de sécurité », a exigé la deuxième maire de Hambourg et sénatrice des sciences Katharina Fegebank (Verts).

La société est à la « croisée des chemins »

L'Université de Hambourg a condamné cet acte. « Nous sommes profondément choqués et condamnons fermement cet acte de violence antisémite », a déclaré jeudi le président de l'université Hauke ​​​​Heekeren. « L’incident est absolument inacceptable et ignoble. Dans les universités, les étudiants, employés et invités juifs doivent être « en sécurité, sans aucun si ni mais ».

« La loi et le droit doivent être appliqués dans les universités », a exigé la Société germano-israélienne (DIG). Selon le DIG Hamburg, l'agresseur serait probablement issu du milieu pro-palestinien. Cette « lâche attaque » s’inscrit dans le cadre d’une escalade croissante de la situation.

« Cet acte odieux montre clairement qu’il ne s’agit pas seulement d’un discours de haine, mais que les paroles sont finalement suivies d’actions », a déclaré le commissaire chargé de la vie juive et de la lutte et de la prévention de l’antisémitisme à Hambourg, Stefan Hensel. Il a également comparé cet acte à des attaques contre des hommes politiques et a clairement indiqué que la société se trouve à la « croisée des chemins » et doit se demander « si elle est prête à continuer à tolérer la violence des extrémistes et de telles attaques ».

Hensel a rappelé de nombreux incidents similaires dans un passé récent. « Je ne comprends pas comment les camps de protestation, les attaques et la violence peuvent être utilisés pour aider la population de la bande de Gaza », a-t-il déclaré. Cela montre « une fois de plus que l’accent n’est pas mis sur l’aide aux habitants de la bande de Gaza, mais sur la haine contre les Juifs et contre tous ceux qui se montrent solidaires avec Israël », a déclaré le commissaire à l’antisémitisme de Hambourg.