Nespresso, Maggi, KitKat : Nestlé démarre en bégayant – le patron promet une reprise

Nespresso, Maggi, KitKat
Nestlé démarre en bégayant – le patron promet une reprise

Le géant suisse de l’alimentation commence l’année plus faible que prévu. Les ventes diminuent sensiblement. Un autre indicateur important du secteur est également décevant. Mais le PDG Schneider promet des performances stables pour le reste de l'année.

Le géant de l'alimentation Nestlé n'a pas non plus décollé au cours de la nouvelle année. Les ventes du fabricant de Nespresso, Maggi, KitKat et Perrier ont chuté de près de six pour cent à 22,1 milliards de francs au premier trimestre. Le groupe suisse a annoncé que l'évolution défavorable des devises avait un impact particulièrement négatif. Mais la croissance interne réelle, à laquelle les investisseurs prêtent une attention particulière, qui inclut les volumes de ventes et les changements dans le mix de produits, a également chuté de 2 pour cent et n'a donc pas répondu aux attentes.

Se nicher 93h00

Malgré des hausses de prix significatives, les ventes du groupe veveysan au bord du Léman avaient déjà diminué en 2023. Mais Nestlé souhaite désormais faire de la vente de produits le moteur de sa croissance. Pour l'ensemble de l'année 2024, le PDG Mark Schneider continue de s'attendre à une croissance organique des ventes de quatre pour cent. « Nous nous attendions à un début timide et nous constatons désormais un fort rebond de la croissance interne réelle au deuxième trimestre et une performance stable pour le reste de l'année », a-t-il expliqué. Les nombreuses initiatives de croissance ont déjà porté leurs fruits.

Mais les investisseurs restent sceptiques. Il est peu probable que la faible croissance interne réelle rassure les investisseurs, a expliqué Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel. Les résultats d’autres représentants de l’industrie se sont récemment améliorés.

L’industrie des biens de consommation impose aux consommateurs des prix nettement plus élevés depuis plus de deux ans. Cette tendance a commencé avec la pandémie de Covid et a été exacerbée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Tout, de l’huile de tournesol aux frais de transport, est devenu plus cher. Les consommateurs ont réagi en se tournant vers des marques moins chères ou des marques privées.