Nouvelle éruption en Islande : un volcan crache de la lave à des dizaines de mètres de haut

Nouvelle épidémie en Islande
Un volcan crache de la lave à des dizaines de mètres de haut

L'Islande connaît sa cinquième éruption volcanique depuis décembre. Cette fois, la lave jaillit de la terre avec encore plus de pression que lors des éruptions précédentes. Les ruisseaux se dirigent à nouveau vers la ville de Grindavík.

La lave est de nouveau entrée en éruption sur la péninsule islandaise de Reykjanes. L'éruption a initialement commencé tranquillement après une série de tremblements de terre dans la matinée, comme l'a annoncé le service météorologique islandais. Mais après cela, l’épidémie est devenue beaucoup plus violente. La fissure dans la terre d'où la lave a émergé mesurait 3,5 kilomètres de long. De la roche liquide a été projetée jusqu'à 50 mètres de hauteur. Environ 1 000 mètres cubes de lave s’écoulaient de la fissure chaque seconde.

Il s'agit de la cinquième éruption depuis décembre et la plus violente à ce jour dans la région. La lave menace à nouveau la ville de Grindavík, qui compte 3 800 habitants et qui avait déjà été en grande partie évacuée en novembre. Selon la police, les ouvriers et tous ceux qui se trouvaient encore dans la ville ont été priés de quitter les lieux. La lave a déjà coupé deux des trois routes menant à Gindavík et s'approche de la troisième. La station thermale Blue Lagoon, l'une des plus grandes attractions touristiques du pays, a été évacuée. Au moins 700 personnes y auraient séjourné.

« La Terre s'est ouverte avec une grande force », a déclaré Kristín Jónsdóttir, géophysicienne au Bureau météorologique islandais. Cette fois, plus de magma s'est accumulé que lors des éruptions précédentes et la fuite était déjà prévue lors des mesures. « Nous attendions cette épidémie depuis un bon moment, et c'est une chance qu'elle se soit produite maintenant. » Les barrières érigées pour protéger Grindavík détournent la lave. Le maire Fannar Jónasson a déclaré que la roche liquide couvrait déjà une vaste zone. « Il s'agit d'un volume beaucoup plus important qui se dirige actuellement vers la ville », a-t-il déclaré à la chaîne RÚV.

L'avenir de Grindavík est incertain

Un nuage de cendres sombres s’est élevé au-dessus de la fissure dans la terre, qui, selon les scientifiques, a été créé par une interaction explosive du magma et des eaux souterraines. Cela ne représente pas encore un danger pour l'aviation, a déclaré Jóhanna Malen Skúladóttir du service météorologique RÚV. Les scientifiques ont suivi la situation de près.

Grindavík est situé à environ 50 kilomètres au sud-ouest de la capitale Reykjavík. Lors d’une précédente éruption, la lave avait détruit certaines maisons. Reste à savoir si les résidents pourront retourner dans leur communauté. La région fait partie du système volcanique du Svartsengi, qui revit après près de 800 ans de dormance.

L'Islande se situe au-dessus de deux plaques tectoniques qui se déplacent l'une contre l'autre et entre lesquelles s'élève le magma près de la surface de la Terre. C'est pourquoi les éruptions volcaniques et les tremblements de terre se produisent encore et encore. Le pays tire parti de sa situation géographique grâce à l'énergie géothermique, notamment à la centrale électrique de Svartsgeni. Lors d’une éruption en février, la lave a atteint un pipeline, privant des milliers de personnes du chauffage urbain et de l’eau chaude. Le plus gros problème de ces dernières années a été l'éruption du volcan Eyjafjallajökull, qui a contraint de nombreux vols à être détournés ou annulés en 2010.