Pourparlers dans une « impasse » : Israël rompt les négociations de cessez-le-feu

Conversations dans « l’impasse »
Israël rompt les négociations de cessez-le-feu

Après l’expiration du cessez-le-feu, les combats ont repris dans la bande de Gaza. Pendant ce temps, des efforts sont en cours au Qatar pour imposer une nouvelle interruption. Aujourd’hui, Israël met fin aux négociations. La délégation du Mossad accuse le Hamas de ne pas avoir rempli sa part du marché.

Le gouvernement israélien s’est plaint de l’impasse dans les négociations pour un nouveau cessez-le-feu dans la guerre au Moyen-Orient et a ordonné à ses négociateurs de rentrer en Israël. Les pourparlers au Qatar sont dans une « impasse », a déclaré le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Le chef des services secrets israéliens du Mossad, David Barnea, a retiré son équipe de négociation de Doha sur instruction du Premier ministre.

Selon une source proche, une délégation des services secrets israéliens du Mossad aurait négocié un nouveau cessez-le-feu avec les négociateurs qatariens. Les discussions à Doha ont également porté sur la libération d’autres otages, qui ne devraient pas être uniquement des femmes et des enfants, comme auparavant.

« L’organisation terroriste Hamas n’a pas respecté sa part de l’accord », poursuit le communiqué. Plus précisément, il s’agit de libérer tous les enfants et femmes kidnappés dans la bande de Gaza. Israël soupçonne que 20 femmes et deux enfants sont toujours aux mains de terroristes palestiniens dans la bande de Gaza. Le gouvernement israélien compte également une femme et ses deux petits fils qui auraient été tués par le Hamas islamiste il y a quelques jours. Cependant, selon un porte-parole militaire, sa mort n’a pas été confirmée.

Le président français Emmanuel Macron avait annoncé précédemment qu’il se rendrait au Qatar pour aider à négocier un nouveau cessez-le-feu. Les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu et libérer tous les otages doivent être intensifiés, a déclaré Macron à la presse lors de la Conférence mondiale sur le climat à Dubaï. La France est très préoccupée par la reprise des combats après l’expiration du cessez-le-feu vendredi matin.

Blâme mutuel

Un cessez-le-feu de sept jours entre Israël et le groupe islamique radical Hamas a expiré vendredi matin, qui a été utilisé pour libérer les otages du Hamas et pour acheminer de l’aide à la population civile de la bande de Gaza. L’armée israélienne a ensuite poursuivi son opération militaire contre le Hamas, tandis que l’organisation islamique radicale palestinienne a de nouveau tiré des roquettes sur Israël.

L’armée israélienne affirme avoir attaqué plus de 400 cibles dans la bande de Gaza depuis la fin du cessez-le-feu. Des combattants du Hamas ont été tués. L’armée ne donne pas de chiffre. Selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, qui ne peut être vérifié de manière indépendante, 240 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza depuis la reprise des combats.

Israël et le Hamas se reprochent mutuellement de ne pas prolonger le cessez-le-feu. Selon des informations américaines, les États-Unis, l’Égypte et le Qatar s’employaient à négocier un nouveau cessez-le-feu.

Le Hamas s’est engagé Atrocités contre les civils

Le 7 octobre, des centaines de combattants du Hamas sont entrés en Israël et ont commis des atrocités, principalement contre des civils. Selon les informations israéliennes, environ 1 200 personnes ont été tuées en Israël et environ 240 personnes ont été prises en otage.

En réponse, Israël a bombardé massivement des cibles dans la bande de Gaza depuis les airs et depuis le sol pendant des semaines. Selon les chiffres du Hamas, qui ne peuvent être vérifiés de manière indépendante, plus de 15 000 personnes ont été tuées depuis lors dans le territoire palestinien, dont plus de 6 000 enfants et jeunes.