Un avertissement également aux États-Unis : l'Iran affirme avoir informé de l'attaque 72 heures avant l'attaque.

Avertissement également aux États-Unis
L'Iran affirme avoir informé de l'attaque 72 heures avant l'attaque

Rétrospectivement, cela ressemble à une attaque au cours de laquelle l’Iran a fait un effort particulier pour définir à l’avance la portée de son attaque. L’objectif sera communiqué publiquement dans les jours précédents. Les alliés auraient également été explicitement avertis.

Selon son ministre des Affaires étrangères, l'Iran a informé ses alliés de la région à l'avance d'une attaque contre Israël. « Bien sûr, nous avons dit à nos amis des pays de la région 72 heures avant l'opération que la réponse de l'Iran sous la forme d'une légitime défense est définitive et certaine », a déclaré Hussein Amirabdollahian, selon l'agence de presse iranienne Isna. Il n’était pas clair si les alliés étaient également informés de l’heure exacte.

« Nous considérons la sécurité de nos voisins et de la région comme la sécurité de la République islamique d'Iran », a ajouté le ministre, déclarant : « Nous avons averti que si les États-Unis utilisaient l'espace aérien ou le sol des pays concernés pour défendre Tel Aviv, les bases militaires américaines dans le pays (respectif) sont ciblées. »

Amirabdollahian rencontre de nombreux homologues

Amirabdollahian lui-même avait entrepris une tournée diplomatique au Moyen-Orient quelques jours avant l'attaque, au cours de laquelle il avait également proféré de fortes menaces publiques contre Israël. Ainsi, lundi, une semaine après la frappe aérienne présumée d'Israël sur le complexe de l'ambassade iranienne à Damas, il était en Syrie et a annoncé que « le régime israélien sera puni et recevra une réponse nécessaire et forte ».

Le week-end précédent, Amirabdollahian était invité dans l’État d’Oman, dans le Golfe, où il s’est également entretenu avec un représentant de la milice Houthi. De là, il a été dit dans les milieux iraniens que le pays voulait éviter une escalade incontrôlable du conflit avec Israël dans le cadre des représailles annoncées à l'attaque contre son ambassade à Damas. Le ministre des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian l’a signalé.

Au cours de la semaine, quatre ministres régionaux des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar et de l'Irak se sont entretenus avec Amirabdollahian dans un court laps de temps.