+++ Actualités sur la guerre au Moyen-Orient +++ : le Hezbollah bombarde Israël

La milice chiite affirme mener des frappes aériennes en réponse à l’assassinat ciblé d’un dirigeant du Hamas à Beyrouth. L’ONU considère la bande de Gaza « inhabitable ».

Le Hezbollah tire des dizaines de roquettes sur Israël

La milice chiite Hezbollah a déclaré avoir tiré vendredi un total de 62 roquettes depuis le Liban vers Israël. C’est plus que les jours précédents depuis le début de la guerre à Gaza début octobre. La cible de l’attaque était une base militaire près de la ville de Meron, dans le nord d’Israël, ont ajouté les milices alliées à l’Iran et au Hamas islamiste dans la bande de Gaza.

L’attaque constitue une « première réponse » à l’assassinat du deuxième plus haut dirigeant du Hamas islamiste à l’étranger, Saleh al-Aruri, mardi à Beyrouth, a souligné le Hezbollah. Le Hezbollah voit Israël derrière ce crime. Cependant, la milice bombarde le pays presque quotidiennement depuis le Liban depuis le début de la guerre à Gaza, avec l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

L’armée israélienne a confirmé l’attaque près de Meron et a évoqué une quarantaine de projectiles identifiés à l’approche d’Israël. L’un des sites de lancement au Liban a été la cible de tirs. Les cercles de sécurité libanais ont déclaré que le village chrétien de Rmesh, dans le sud du Liban, avait également été lourdement bombardé par Israël. Des avions de chasse bombarderaient également les villes de Hula et Jarun.

Des sources de sécurité libanaises ont déclaré que la situation dans la zone frontalière était très tendue. La mission d’observation de l’ONU, la Unifil, a déclaré le deuxième niveau d’alerte le plus élevé. Les soldats de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban, qui surveille la zone frontalière entre Israël et le Liban depuis 1978, devraient porter des gilets et des casques de protection et rester à proximité des bunkers. Dans un premier temps, rien n’avait été signalé concernant d’éventuelles victimes des deux côtés de la frontière.

Israël exige que les milices du Hezbollah se retirent de la frontière pour la sécurité de ses citoyens dans le nord du pays et a menacé de recourir à des moyens militaires si les efforts diplomatiques échouaient.

Israël poursuit ses attaques sur la bande de Gaza

Israël a poursuivi samedi ses attaques contre des cibles dans la bande de Gaza. Les correspondants de l’agence de presse AFP ont rapporté des attaques israéliennes contre la ville de Rafah aux petites heures du matin. Des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge dans la ville pour fuir les combats entre Israël et le Hamas islamiste. Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a déclaré vendredi soir que les troupes continueraient de se battre « dans toutes les parties de la bande de Gaza, au nord, au centre et au sud ».

Selon l’armée, un avion de combat a bombardé dans la nuit la zone de Bureij, au centre de la bande de Gaza. Une « cellule terroriste armée » a été tuée. Il y avait déjà eu une tentative d’attaque contre un char israélien. Plusieurs combattants palestiniens ont été tués dans la ville de Khan Yunis, précise le communiqué.

Au nord de la bande de Gaza, des soldats ont également découvert des tunnels sous l’hôtel Blue Beach. L’armée a expliqué que ceux-ci étaient « utilisés par les terroristes comme cachette » « pour planifier et mener des attaques ».

ONU : la bande de Gaza « inhabitable »

Le coordinateur des secours d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths, a déclaré vendredi qu’une grande partie de la bande de Gaza était en ruines et était « devenue inhabitable ». L’agence des Nations Unies pour l’enfance, l’Unicef, a averti que les combats, la malnutrition et le manque de soins de santé avaient créé un « cycle mortel » qui « menace plus de 1,1 million d’enfants » dans la bande de Gaza.

Selon Hagari, les forces israéliennes près de la frontière avec le Liban sont « à un niveau de préparation très élevé » après la mort du numéro deux du Hamas dans une attaque à Beyrouth. Israël n’a pas revendiqué la responsabilité de l’attaque. Cependant, un responsable américain de la défense a déclaré à l’AFP qu’Israël avait mené l’attaque.

ONG : « Augmentation sans précédent » des colonies israéliennes sauvages

Depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe islamique radical Hamas dans la bande de Gaza, il y a eu une « augmentation sans précédent » des colonies israéliennes en Cisjordanie, selon des militants. Selon un rapport de l’organisation non gouvernementale israélienne Peace Now, neuf soi-disant avant-postes ont été installés sur le territoire palestinien depuis le 7 octobre. En plus de ce « record », Peace Now a également dénombré un « nombre record » de « 18 nouvelles routes pavées ou autorisées par les colons ».

En Cisjordanie, occupée par Israël depuis 1967, environ trois millions de Palestiniens et environ 490 000 Israéliens vivent dans des colonies que l’ONU considère comme violant le droit international mais qui sont reconnues par Israël. Les colonies sauvages contredisent le droit international et sont également illégales du point de vue israélien.

Le rapport, publié jeudi par Peace Now, indique également que certains colons tentent de plus en plus de « marginaliser » les Palestiniens. « Les trois mois de guerre à Gaza sont exploités par les colons pour créer des faits sur le terrain et ainsi prendre le contrôle de vastes zones de la zone C », a déclaré Peace Now. Il s’agit de zones de Cisjordanie qui sont sous contrôle civil et militaire israélien (AFP)

Israël veut éviter les accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud

Selon un article de presse, Israël souhaite renforcer la pression internationale contre le procès pour génocide intenté par l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice de La Haye dans le cadre de la guerre à Gaza. L’objectif est d’éviter une injonction du tribunal de cesser immédiatement les combats, a rapporté samedi soir le portail d’information « Axios », citant une copie d’un télégramme du ministère israélien des Affaires étrangères à ses ambassades à l’étranger. Il demanderait aux ambassades de persuader les diplomates et hommes politiques locaux de publier une déclaration contre le procès intenté par l’Afrique du Sud. Les audiences sur le procès sont prévues devant la Cour la semaine prochaine.

Trois bons mois après le début de la guerre dans la bande de Gaza contre le Hamas islamiste, Israël doit pour la première fois répondre de l’opération militaire en cours devant un tribunal international. L’Afrique du Sud a poursuivi Israël devant la plus haute juridiction de l’ONU et l’a accusé de génocide. La Cour a fixé les audiences aux 11 et 12 janvier. Les décisions du tribunal de l’ONU sont généralement contraignantes. Toutefois, les juges n’ont pas le pouvoir de contraindre un État à la mettre en œuvre.