Arrestations isolées : des milliers de personnes manifestent à nouveau pour la Nakba à Berlin

Arrestations isolées
Des milliers de personnes manifestent à nouveau pour la Nakba à Berlin

Environ 6 200 personnes ont défilé dans les rues de Berlin lors d'une autre manifestation marquant la Journée palestinienne du souvenir de la Nakba. La manifestation est en grande partie pacifique, avec des pétards occasionnels et des slogans interdits. La police est sur place avec environ 500 services d'urgence.

Des milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées à Berlin pour la Journée palestinienne de commémoration de la Nakba. La police parle d'environ 6.200 manifestants. Toutefois, le nombre de participants a fluctué car certains sont venus mais d'autres ont quitté la réunion, a-t-on précisé. Environ 2 000 participants étaient attendus. La police a pris des mesures à plusieurs reprises contre les manifestants. Des pétards ont été lancés occasionnellement et des pièces pyrotechniques ont été allumées, a déclaré une porte-parole de la police. La marche de protestation a été arrêtée à plusieurs reprises pour cette raison. Parce que, selon la police, des slogans interdits ont été criés depuis le haut-parleur de la voiture située à l'avant, le véhicule n'a plus été autorisé à circuler.

Après avoir consulté les dirigeants de la réunion, la police a autorisé la poursuite du cortège. Elle avait précédemment appelé les participants à se comporter avec prudence. Sous le titre « La Palestine sera libre », les participants ont couru depuis l'Oranienplatz à Kreuzberg vers l'Hôtel de Ville Rouge.

Environ 500 policiers en service

Selon ses propres informations, la police disposait d'environ 500 services d'urgence sur place. Une porte-parole a déclaré que certains participants avaient été arrêtés pour déterminer leur identité. Selon eux, des pétards ont été lancés en direction des policiers. Les organisateurs ont demandé aux participants de s'abstenir de telles actions, comme l'a rapporté un journaliste de la DPA. Pour rendre plus difficile la documentation des incidents, des banderoles ont été attachées et des parapluies ont été déployés, a indiqué la police.

De nombreux manifestants portaient des drapeaux palestiniens, d'autres brandissaient des parapluies en forme de pastèques. Leurs couleurs – pulpe rouge, peau vert-blanc et graines noires – se retrouvent également sur le drapeau palestinien. Des pancartes et des banderoles indiquaient, entre autres, « Stop au génocide à Gaza » et « Stop au terrorisme d'occupation ! » Parmi les slogans figuraient « Palestine libre, Gaza libre ».

La police émet des conditions

Comme d'habitude, la police avait posé certaines conditions pour la manifestation. Par exemple, les appels à des actes de violence ou les slogans diffamatoires étaient interdits. Les déclarations qui propagent la destruction de l'État d'Israël, ainsi que les drapeaux et signes d'organisations terroristes telles que le Hamas islamiste ou l'organisation Samidoun, pour lesquelles une interdiction d'activité en Allemagne a été imposée après l'attaque terroriste contre Israël le 7 octobre, 2023, étaient également interdits.

Les appels à manifester en allemand, en anglais et en arabe sur divers portails Internet disaient : « En ce jour de la Nakba, aucune interdiction, aucune persécution, aucune répression ne peut nous empêcher d'exiger justice et libération. Nous ne serons pas libres tant que la Palestine ne le sera pas. » Le 15 mai, jour du souvenir de la Nakba, commémore la fuite et l'expulsion de centaines de milliers de Palestiniens lors de la première guerre du Moyen-Orient en 1948 après la fondation de l'État d'Israël.

Tumultes après la manifestation de mercredi

Mercredi soir dernier, environ 600 personnes ont manifesté pacifiquement à Charlottenburg à l'occasion de la Journée de la Nakba. Mais par la suite, il y a eu du tumulte à Neukölln. Selon la police, environ 200 manifestants s'y sont rassemblés. Certains d’entre eux ont incendié des poubelles, et des feux d’artifice et des feux de Bengale ont également été allumés. Les gens ont jeté à plusieurs reprises des objets tels que des vélos et des poubelles dans les rues à divers endroits.

Depuis l’attaque terroriste du Hamas islamiste contre Israël le 7 octobre 2023, des manifestations hebdomadaires ont lieu à Berlin. Selon ses propres informations, le parquet de Berlin a jusqu'à présent traité environ 1 040 cas (au 17 mai) dans le cadre de la guerre à Gaza. Parmi ceux-ci, environ 210 cas concernent des crimes commis lors de manifestations sur le conflit au Moyen-Orient, comme l'a déclaré à la demande une porte-parole des autorités. Il s’agit souvent d’incitations à la haine, de dégâts matériels, d’insultes ou d’utilisation de symboles d’organisations anticonstitutionnelles et terroristes.