Concurrence déloyale : à cause du championnat de Leverkusen, la Bundesliga est encore un peu morte

Le titre terni de Leverkusen
La Bundesliga est encore un peu morte

Un commentaire de Roland Peters

Alors que d'autres clubs de Bundesliga doivent craindre pour leur existence s'ils prennent de mauvaises décisions, les clubs et les formations protégées par la DFL jouent avec la liberté financière. C'est étonnant que Leverkusen n'ait pu en profiter que maintenant.

Personne ne nie que Leverkusen joue le meilleur football cette saison de Bundesliga. Personne ne remet en question le dynamisme extraordinaire, le naturel, la variabilité. Personne ne peut fermer les yeux sur le fait que l'entraîneur Xabi Alonso a transformé des joueurs individuels exceptionnels en une équipe jusqu'ici invincible, qui pourrait même remporter le triplé. Mais en même temps, personne ne peut nier que cela se produit dans les conditions injustes d’une ligue à deux niveaux.

Ce qui est étonnant, c'est que, malgré ses atouts, le club d'usine vient seulement de devenir champion d'Allemagne. Leverkusen, Wolfsburg, Leipzig de facto et, jusqu'à récemment, Hoffenheim ont également l'avantage de ne pas se soucier plus ou moins des pertes. Ils paient des montants de transfert, des indemnités de départ et des salaires élevés, et les entreprises compensent simplement la perte d'un million de dollars à la fin. Mauvais achats, financements acrobatiques, mauvaises saisons inattendues, peu importe. Il ne s’agit pas d’une compétition sportive dans des conditions égales. Le DFL autorise des exceptions, le bureau des cartels lève le doigt pour avertir, mais sinon rien ne se passe.

Le championnat de Leverkusen est presque une conséquence logique. D’autres clubs sont défavorisés depuis des décennies. Ils doivent jouer selon les règles générales et craindre pour leur licence et donc leur existence si la gestion est mauvaise. Schalke a commis une erreur financière, le Hamburger SV, le Hertha BSC et Kaiserslautern avant cela il y a quelque temps ; la série pourrait être continuée. Ces clubs ont été sanctionnés sportivement pour leurs mauvaises décisions. Ils tentent désormais de se relever avec des ressources limitées. Vos fans souffrent et désespèrent parce qu’ils le savent : nous les poursuivons constamment.

Beaucoup d'argent et apparemment impossible de s'en sortir

Aucun des clubs du groupe n'a encore été relégué. Ils viennent et restent, occupant les places disponibles en championnat et poussant ainsi les autres clubs vers le bas. Si vous échouez, il vous suffit d’ajouter de l’argent et de continuer. Les distorsions de concurrence se légitiment évidemment par leur simple présence. Leverkusen est en disgrâce, est en Bundesliga depuis 1979 et est soutenu par le Bayer. Wolfsburg est financé de manière croisée par Volkswagen et donc également par le Land de Basse-Saxe. Leipzig est une marionnette de Red Bull, profite des failles du DFL ainsi que de plusieurs succursales internationales et joue sur sa poitrine pour la publicité.

Le championnat de Leverkusen est un titre entaché. Comme la victoire de la Coupe DFB en 1993, le championnat de Wolfsburg en 2009, les victoires de Leipzig en Coupe DFB en 2022 et 2023. Celles-ci sont également dues au fait que la DFB et plus tard la DFL protégeaient un modèle spécial en interne, tandis qu'à l'extérieur, elles se présentaient comme un chevalier blanc avec 50 plus 1 placé sur la poitrine. Oui, il est agréable de constater que la séquence d'ennui du Bayern Munich a été stoppée par une équipe impressionnante. Mais la Bundesliga est un peu plus morte.

Note de transparence : Roland Peters est membre du 1. FC Köln.