Montréal, le 28 janvier 2022

À l’attention de l’ensemble de la députation de la Coalition Avenir Québec

Objet : L’opportunité de revenir sur une mauvaise décision 

Mesdames et messieurs les députés de la CAQ, 

Votre chef nous a annoncé le 17 décembre dernier par l’entremise d’un conseiller politique l’abandon définitif par votre formation politique de la réforme du mode de scrutin[1]. Depuis, aucun représentant élu de votre gouvernement ne s’est exprimé publiquement pour justifier cette décision. Vous reconnaitrez sans peine que cela est assez méprisant pour les partenaires de longue date que nous sommes. Nous espérons que la rentrée parlementaire sera l’occasion pour votre parti de nous fournir quelques explications ou mieux, de revenir sur cette désolante et cynique décision. C’est en tout cas une opportunité que nous souhaitons soumettre à votre réflexion par cette lettre.   

Cela a été rapporté publiquement[2], cette décision a été largement influencée par les réticences de votre caucus. C’est incidemment ce que nous a rapporté le bureau du Premier ministre. Dans cette version, vous portez l’odieux d’avoir abandonné vos convictions par crainte de perdre votre siège à l’Assemblée nationale. Cela est étonnant puisque la réforme fut mainte fois défendue par plusieurs membres de votre formation politique, pendant des années, et que vous avez toutes et tous voté en faveur de son principe il y a à peine un an. 

Nous savons bien que la décision d’abandonner la réforme a été en définitive celle du Premier ministre. Le système politique dans lequel nous évoluons est ainsi fait qu’il concentre tous les pouvoirs entre les mains du chef du gouvernement et entre celles, par extension, de ses proches conseillers, chargés de rédiger et de diffuser les positions à adopter et les « lignes du parti ». Sachez que c’est le système dans lequel vous évoluez et, à sa source, le mode de scrutin uninominal à un tour, qui vous condamnent à jouer trop souvent le rôle de figurants au Parlement. La réforme que votre gouvernement proposait et qu’il vous accuse indirectement de saboter, visait à favoriser au sein de l’Assemblée nationale la collaboration, les consensus et les dynamiques régionales au détriment de la polarisation des opinions aux extrêmes et les clivages partisans. De toute évidence, la réforme du mode de scrutin se traduirait notamment par une réelle valorisation des députés, de leur parole, de leur rôles et responsabilités. 

Pour cette raison, et pour toutes les autres bonnes raisons de moderniser la démocratie représentative québécoise, au nom des membres du Mouvement Démocratie Nouvelle, des centaines de milliers d’adhérents des organisations alliées de la Coalition pour une réforme électorale maintenant ! et des millions de personnes de notre peuple qui souhaitent une représentation parlementaire équitable, nous vous demandons de vous exprimer en faveur d’une révision de cette décision auprès de votre gouvernement. Celui-ci peut trouver des raisons pour justifier que la réforme soit reportée à une prochaine Législature, mais rien n’explique son abandon définitif, sinon le renoncement à une démocratie plus juste et plus saine que votre programme de parti met de l’avant depuis des années, pour le seul bénéfice à courte vue d’assouvir la soif de pouvoir de quelques puissants qui s’estiment actuellement bien installés aux commandes.

Soyez assurés que le Mouvement Démocratie Nouvelle va continuer de poursuivre la mission de promouvoir un renouveau démocratique pour le Québec. Nous demeurons à votre disposition. 

Veuillez recevoir nos sincères salutations,

Jean-Pierre Charbonneau (Président) 

Françoise David (Vice-présidente)

Sylvie Cantin (Vice-présidente)

Luc Bordeleau (Trésorier)

Marie-Claude Bertrand (Secrétaire)

Mireille Bénard, Jean-François Delisle, Charles-Émile Fecteau, Henri Milner, Jean-Benoit Ratté et Shahad Salman (administrateurs).


[1] Projet de loi 39

[2] https://lactualite.com/politique/legault-abandonne-la-reforme-du-mode-de-scrutin/