UNE LARGE COALITION POUR LA RÉFORME ÉLECTORALE MAINTENANT !

💥LA COALITION POUR LA RÉFORME ÉLECTORALE MAINTENANT!

🎥 EN DIRECT: 💥LA COALITION POUR LA RÉFORME ÉLECTORALE MAINTENANT! tient aujourd'hui une conférence de presse avec les représentantes et représentants d’organisations issues de tous les secteurs de la société civile (groupes de femmes, associations de retraités, de jeunes, d’étudiants, de syndicats, d’environnementalistes et du milieu communautaire) regroupant déjà des millions de personnes! ✊Les organisations participantes à la conférence de presse sont:- l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux Syndicat Syndicat APTS, – l’Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE), – l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec AREQ-CSQ,- la CSD – Centrale des syndicats démocratiques, – la Centrale des syndicats du Québec (CSQ),- Citoyenneté jeunesse, – la Confédération des syndicats nationaux CSN, – la Fédération autonome de l’enseignement FAE, – Fédération étudiante collégiale du Québec – FECQ, – la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec FIQ – Santé, – la Fondation David Suzuki, – Greenpeace Canada, – le Groupe Femmes, Politique et Démocratie, – le Mouvement démocratie nouvelle (MDN),- le Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA),- le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) (SFPQ) et- l'Union étudiante du Québec – UEQ.Les groupes interpellent le Premier Ministre François Legault.Pour lire le communiqué de presse: 👉https://www.newswire.ca/news-releases/une-large-coalition-pour-la-reforme-electorale-maintenant–870784507.html#PolQc #AssNat #réformeélectoralemaintenant

Posted by Mouvement démocratie nouvelle (MDN) on Friday, September 6, 2019

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: MONTRÉAL, le 6 septembre 2019 – Des dizaines d’organisations issues de tous les secteurs de la société civile (groupes de femmes, associations de retraités, de jeunes, d’étudiants, syndicats, environnementalistes, milieu communautaire) et regroupant déjà des millions de personnes, ont décidé de se rassembler pour promouvoir la réforme électorale au Québec. Elles lancent aujourd’hui la Coalition pour la réforme électorale maintenant ! afin que le gouvernement de François Legault respecte sa promesse électorale de réformer le mode de scrutin à temps pour les élections de 2022.

Le premier ministre a la légitimité et les moyens d’agir pour déposer un projet de loi avant le 1er octobre 2019 afin d’instaurer la proportionnelle mixte compensatoire pour les prochaines élections générales, tel que promis dans l’entente trans-partisane signée en mai 2018.

La Coalition s’est donnée pour objectifs de promouvoir un vaste mouvement populaire en faveur de la réforme électorale partout au Québec, d’informer et sensibiliser largement la population aux enjeux de la réforme électorale, d’amener le gouvernement à tenir ses promesses et de renforcer la démocratie au Québec en contribuant à la tenue d’élections selon le nouveau mode de scrutin dès 2022.

« Nous avons réuni plus d’une quarantaine de groupes en une semaine et l’engouement ne fait que croître. Notre objectif est de fédérer des organisations de la société civile dans toutes les régions du Québec d’ici le 1er octobre, pour rappeler au gouvernement de ne pas manquer ce rendez-vous historique pour notre démocratie », a déclaré Alain Marois, vice-président à la vie politique de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) ainsi que du Mouvement Démocratie Nouvelle.

« Pour le mouvement communautaire, il est clair que la réforme électorale va contribuer à une meilleure participation citoyenne, et donc à ranimer la vie démocratique partout au Québec » a affirmé Céline Métivier du Réseau québécois de l’action communautaire autonome. 

Jocelyne Dupuis, de l’Association de personnes retraitées de la FAE, a abondé dans le même sens en soulignant que « trop de personnes aînées croient que la société se désintéresse de leur sort et elles délaissent la politique. Une réforme électorale leur procurerait la légitimité de participer à nouveau à la vie démocratique du Québec, tout en mettant fin au cynisme politique et en ayant une meilleure représentation de la volonté populaire ».  

 « Le meilleur moyen pour mettre fin au cynisme des citoyens et citoyennes envers la politique, c’est la réforme du mode de scrutin en y incluant des mesures législatives pour assurer la parité femmes-hommes » a pour sa part déclaré la directrice générale du Groupe Femmes, Politique et Démocratie, Esther Lapointe.

Pour Luc Vachon, président de la Centrale des syndicats démocratiques, « l’enjeu fondamental de la réforme du mode de scrutin est d’avoir une députation qui reflète davantage les votes exprimés. La légitimité de gouverner devrait découler du vote exprimé et non du fait de remporter le plus de sièges. Et il faut adopter une réforme qui permette d’assurer la parité entre les hommes et les femmes, l’objectif étant d’avoir une meilleure représentativité de la population en général ».

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada a quant à lui affirmé avec force que « pour réellement protéger l’environnement et s’attaquer aux changements climatiques, les mots d’ordre doivent être collaboration et vision à long terme. À ce titre, une réforme du mode de scrutin est essentielle si nous voulons que les partis dépassent la partisannerie et travaillent ensemble mettant de l’avant des politiques soutenues par une vraie majorité d’électeurs ».  

« La population étudiante veut prendre part à un vrai débat d’idées. Cette réforme du mode de scrutin aidera à atténuer le cynisme des jeunes envers la politique québécoise et les poussera à s’intéresser davantage aux enjeux qui les touchent au quotidien », a soutenu Philippe Clément, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec FECQ.

Même son de cloche chez la présidente de Citoyenneté jeunesse, Jennifer Teasdale-Raymond, qui a prévenu que « pour combattre le décrochage démocratique et l’apathie politique chez les jeunes de moins de 35 ans, il est primordial d’actualiser notre système électoral afin de le rapprocher de la population. Les jeunes souhaitent retrouver des élues et des élus à l’Assemblée nationale qui représentent le Québec d’aujourd’hui. Un premier pas dans cette direction est l’instauration, dès 2022, d’un mode de scrutin proportionnel ».

La Coalition pour la réforme électorale maintenant ! rassemble à ce jour 73 organisations issues de tous les secteurs de la société civile, soit :

  • Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS),
  • AmiEs de la Terre Québec,
  • Association coopérative d’économie familiale des Basses-Laurentides (ACEF),
  • Association des Étudiantes et des Étudiants en Histoire de l’Université Laval (AÉÉH),
  • Association des Étudiantes et Étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS),
  • Association des étudiantes et étudiants en droit de l’Université de Montréal (AED-inc.),
  • Association des Étudiants en Sciences et Génie de l’Université Laval (AESGUL),
  • Association des étudiants et étudiantes en Sciences sociales de l’Université Laval (AÉSS),
  • Association des juristes progressistes (AJP),
  • Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE),
  • Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics (AREQ-CSQ),
  • Association générale étudiante de droit (AGED),
  • Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF),
  • CDC Centre-de-la-Mauricie,
  • Cégep de Saint-Laurent,
  • Centrale des syndicats démocratiques (CSD),
  • Centrale des syndicats du Québec (CSQ),
  • Centre de femmes l’Essentielle,
  • Centre de femmes l’Héritage,
  • Centre de formation Marie Gérin-Lajoie,
  • Centre des femmes de Rivière-des-Prairies,
  • Centre des Femmes du Haut-Saint-François, La Passerelle,
  • Centre-Femmes La Jardilec,
  • Centre justice et foi,
  • Centre ressources pour femmes de Beauport,
  • Citoyenneté Jeunesse,
  • Collectif pour un Québec sans pauvreté,
  • ConcertAction Femmes Estrie (CAFE),
  • Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université de Laval (CADEUL),
  • Confédération des syndicats nationaux (CSN),
  • Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN),
  • Fédération autonome de l’enseignement (FAE),
  • Fédération de la Santé et des Services Sociaux (FSSS),
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM),
  • Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ),
  • Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ),
  • Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ),
  • Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ),
  • Fondation Béati,
  • Fondation David Suzuki,
  • Forum jeunesse de l’île de Montréal (FJÎM),
  • Greenpeace Canada,
  • Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD),
  • Illusion-Emploi de l’Estrie,
  • L’R des centres de femmes du Québec,
  • La Collective des femmes de Nicolet et région,
  • La Maison d’hébergement L’Égide,
  • La Planète s’invite au Parlement (LPSP),
  • Le Pacte pour la transition,
  • La Rencontre de Ste-Marguerite,
  • Maison d’Haïti,
  • Maison des femmes des Bois-Francs,
  • Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS),
  • Observatoire québécois de la démocratie,
  • Regroupement des Femmes de la Côte-de-Gaspé,
  • Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL),
  • Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS),
  • Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec,
  • Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA),
  • Solidarité populaire Estrie,
  • Solution Étudiante Nationale pour un Scrutin Équitable (SENSÉ),
  • Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ),
  • Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec à Rimouski (SCCCUQAR),
  • Syndicat des professionnelles et des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ),
  • Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (SPECA),
  • Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF),
  • Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM),
  • Table de concertation contre le racisme systémique (TCRS),
  • Table nationale des corporations de développement communautaire (TN-CDC),
  • Table régionale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL),
  • Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire de l’Estrie,
  • Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire de l’Estrie (TROVEPE) et
  • l’Union étudiante du Québec (UEQ).

SOURCE Coalition pour la réforme électorale

Déclaration de principes :

Le système électoral au Québec est de plus en plus fortement et justement décrié. En vigueur depuis 1792, il ne reflète pas le pluralisme politique propre aux démocraties modernes. Il crée de fausses majorités et ne tient pas compte d’un grand nombre de votes exprimés à chaque élection, ce qui nourrit le cynisme à l’égard de la politique.

Lors du scrutin de 2018, plus de 2,2 millions de votes, soit 55% du suffrage, n’ont servi à élire personne tandis que la CAQ, qui a recueilli 37% des voix, dispose d’une majorité de près de 60% des députés. Le système actuel crée cette distorsion inéquitable.

Ce système doit être changé. La CAQ, le PQ, QS et le Parti vert s’y sont engagés en signant une entente trans-partisane en mai 2018. La population continue de réclamer ce changement significatif, puisque 70% des Québécoises et Québécois tiennent à ce que le gouvernement de la CAQ respecte son engagement, comme le révèle un sondage Léger Marketing réalisé en mai dernier, soit un an plus tard. Aussi, 83 % des gens souhaite que leur vote compte dans le résultat final de l’élection même si le candidat du parti pour lequel ils ont voté ne gagne pas dans leur circonscription.

Le Québec a besoin d’un mode de scrutin plus proportionnel qui respecte les volontés des électrices et des électeurs, qui donne des résultats plus justes et qui nous permet d’élire un parlement qui reflète les préférences de toutes et tous. Bref un système électoral qui fonctionne et où chaque voix compte.

Cela fait plus de 40 ans que nous parlons de réforme électorale au Québec. Les débats, les consultations et les analyses ont été faits de manière rigoureuse et approfondie. Les propositions sont étudiées et appuyées d’arguments solides. Il est temps de passer de la parole aux actes.

POSITION COMMUNE :

Nous considérons que le gouvernement a la légitimité et les moyens d’agir pour déposer un projet de loi avant le 1 er octobre 2019 afin d’instaurer la proportionnelle mixte compensatoire avec listes régionales au Québec, l’adopter et mettre en œuvre la réforme dès les élections générales de 2022, tel que promis.

Plus précisément, les objectifs de la coalition sont :

  1. Promouvoir un vaste mouvement populaire en faveur de la réforme électorale partout au Québec ;
  2. Informer et sensibiliser largement la population aux enjeux de la réforme électorale ;
  3. Amener le gouvernement à tenir ses promesses ;
  4. Renforcer la démocratie au Québec en contribuant à la tenue d’élections au scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales dès 2022.

L’ignorance et la peur sont de bien mauvaises conseillères et confinent souvent à l’immobilisme, quand ce ne sont pas des intérêts individuels étroits qui font perdre de vue le bien commun. La réforme électorale n’est pas un problème technique ou un enjeu mécanique, c’est une solution porteuse face au cynisme ambiant et au désengagement politique. Elle a le potentiel de faire grandir notre démocratie et, par la pratique, de changer positivement notre culture politique pour nous ré-approprier le pouvoir citoyen.

En favorisant le pluralisme politique et en changeant notre usage du pouvoir, nous pouvons dès à présent écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de la démocratie au Québec.

La réforme électorale, c’est maintenant !

REVUE DE PRESSE:

TVA Nouvelles | Agence QMI | 6 septembre
Nouvel appel pour une réforme électorale

Montreal Gazette | Presse Canadienne | 6 septembre
Coalition to push Legault to carry out electoral reform in time for 2022 vote

Le Journal de Québec | Agence QMI | 6 septembre
Nouvel appel pour une réforme électorale

Radio-Canada | Myriam Fimbry | 6 septembre
12h00 Radiojournal

Radio-Canada | François Messier | 6 septembre
Une nouvelle coalition pour la réforme du mode de scrutin fait pression sur Legault

La Presse | Lia Lévesque | 6 septembre
Mode de scrutin: des groupes militant pour une réforme créent une coalition